Brève histoire du « Saint-Michel III », l’un des bateaux de Jules Verne

jules-vernest-michel-iii1Il y a peu (le 17 février – Les bateaux de la mémoire 8) nous avons publié la carte postale de droite  montrant un yacht à vapeur mouillé à Sète (qui s’écrivait Cette à l’époque) ; nous l’avons attribué à un richissime princier anonyme.
Depuis, nous avons découvert la carte de gauche qui représente visiblement  le même navire mais à Nantes cette fois.
Notre ami le docteur Cornou, originaire de Nantes, et fin connaisseur du port, fit observer que le navire était mouillé à Trentemoult, face à la maison nantaise de Jules Verne. D’où la question immédiate :
– Et si c’était l’un des bateaux de Tonton Jules ?
Après une brève enquête, nous pouvons répondre positivement. Ce bâtiment est le Saint- Michel III, (il a deux prédécesseurs) acheté par Jules Verne en 1877 pour la somme de 55 000 francs aux Chantiers Jollet Babin (qui deviendront plus tard les Chantiers de la Loire) ; c’est un yacht à vapeur de 31 m HT, 4,60 m au maître bau, 2,90 m de tirant d’eau. Gréement de goélette et machine à double cylindre. Équipage de 9 hommes conduit par un certain capitaine Ollive.
L’écrivain et le bateau ont une histoire commune.
L’auteur de 20 000 lieues sous les mers navigue beaucoup à son bord où il aurait lâché cette phrase fameuse : Dieu  que  j’ai besoin de rouler et tanguer fortement pendant quelques semaines… Il y écrit aussi, allongé sur le pont, dit-on… Il prend des quantités de notes qui lui serviront pour ses futurs ouvrages. Après une courte croisière en 1877 (Nantes, Brest, Dieppe, Le Tréport) il fait plusieurs tournées nordiques (jusqu’à Edimbourg et Copenhague) en 1878, 79, 81 ; puis, en 1884, un tour de Méditerranée : Alger, Oran, Catane, Naples, Marseille et Cette où a probablement été prise l’image de droite.
Basé à Nantes, le Saint-Michel III est abordé de nuit par un fort bâtiment ; l’écrivain est hors de lui. Pas de victime mais le beaupré est arraché. Jules remet tout en état.
Mais l’époque des beaux voyages se termine, en 1885 le maître du bord a des soucis de famille et ses affaires ne sont plus ce qu’elles étaient. Il revend le navire en 1886 pour la somme dérisoire de 26 000 francs, à un armateur qui le revendra plus tard au prince de Monténégro…
• Deux remarques :
– Le Saint-Michel III est connu pour avoir toujours été peint en blanc ; à gauche il est noir. On peut donc penser – c’est une supposition – que la photo date de 1877, au moment où Jules Verne en devient propriétaire et va le faire repeindre.
– Bizarre, la légende des deux cartes ne fait aucune référence au nom du bateau, ni à son illustre propriétaire ; pourquoi ? On ne peut pas croire que les photographes de l’époque ignoraient l’un et l’autre, ou alors…
Aramis

Publicités

9 Responses to “Brève histoire du « Saint-Michel III », l’un des bateaux de Jules Verne”


  1. 1 cornou 23 mars 2009 à 14:50

    curieux le nom du capitaine OLLIVE : l’un de mes voisins d’age à peu près du mien , avait un père retraité de la marine marchande (je crois )en retraite à BENODET et grand et magnifique maquettiste vu le » tropisme  » du monsieur ,pourquoi ne szerait-il pas lui aussi le fils du capitaine OLLIVE (même orthographe ) à tonton Jules ,
    j’enquête

  2. 2 Passepartout 30 mars 2009 à 08:04

    Bonjour,

    Le timbre qui orne la carte de Trentemoult a été émis en 1906 (d’ailleurs il me semble bien que la carte est elle-même datée de 1908). Cela faisait donc 20 ans au moins que le Saint-Michel III n’appartenait plus à Jules Verne lorsque cette photo a été prise. Ceci explique peut être pourquoi la carte ne fait aucune référence au nom de ce bateau ou à celui de son illustre propriétaire…

  3. 3 mduron 30 mars 2009 à 17:21

    Bien observé. La carte était probablement ancienne lorsqu’elle fut postée (en 1908, un autre tampon, au verso, le confirme). Il reste tout de même une question : si Jules n’était plus propriétaire du bateau au moment de la prise de vue, comment ce navire a-t-il pu se retrouver à Nantes, juste en face de la maison de la famille Verne ? Etrange. A moins qu’effectivement le cliché (et non la carte) soit beaucoup plus ancien… Dans ce cas, le photographe mérite son bonnet d’âne

  4. 4 Passepartout 31 mars 2009 à 05:14

    Bonjour,

    Je me suis également posé la question, mais non le cliché ne peut pas être plus ancien. On y distingue en effet à l’arrière-plan ce qu’il me semble être le célèbre pont transbordeur de Nantes (à confirmer). Or celui-ci a été inauguré en 1903.

    Quant à savoir comment ce bateau a pu se retrouver devant la maison de Jules Verne 20 ans après, le saura-t-on jamais ?

    Ce qui est tout aussi étrange, c’est que la deuxième carte postale date au minimum de 1904, année à partir de laquelle ce type de carte a commencé à être diffusé. Ce qui signifie que, à quelques années près, les deux photos sont prises à la même époque ???… à moins évidemment que celle de Sète ait été prise bien plus tard, jusqu’en 1928. Pour cela, il faudrait avoir la date de la carte postale. Figure-t-elle au dos ?

    Autre point : on voit très bien sur la photo de Sète la roue du gouvernail, entre la cheminée et le grand mât. Mais je ne parviens pas à la distinguer sur la photo de Trentemoult ? Que dit l’original ?

    Cordialement

  5. 5 Andrew Nash 8 juin 2009 à 21:42

    Excuse me for writing in English, but I would like to argue that the 2 images are NOT of the same boat! I’m not sure which is the St Michel III.

    There appear to be a few differences:
    1) image 1 – « Lifeboats » or dingys on either side of the boat, are hanging behind the funnel
    Image 2 white boat – the « Lifeboats » or dingys are beside the funnel

    2) image 1 – the cowl? vents that bring fresh air below decks
    are facing forward toward the bow
    image 2 white boat – they are facing the stern (I suppose they rotate.. so this may not be a point

    3) image 1 – there is a cabin structure aft of the funnel, and with a raised section with sloping roof. you can see 2 ssets of stairs on port and starboard, coming dow toward the stern
    image 2 white ship, there is NO cabin structure behind the funnel. you CAN see a low skylight below the 2 white hangin boats, but that is not the same as seen in image 1.

    Just my observations!…
    Andrew Nash (Toronto)

  6. 6 Andrew Nash 9 juin 2009 à 02:50

    I am going to reconsider some of my comments.
    1) It is possible the difference in the angle of the photo makes it appear the « lifeboats » / dingys are in different positions.
    It is possible the stern of each dingy is near the rear mast of the ship

    2) the vents probably DO rotate, and they are in similar positions near the funnel

    3) I am still concerned over this difference.
    The cabin / superstructure on the rear of photo 1 looks rather solid (not canvas) because of the stairs visible at the stern
    In image 2, it is definitely NOT there.

    The well known painting of the Saint michel III shows no such cabin / superstructure.

    It also shows NO superstructure near the bow with the « helm » (ships wheel)
    This is clearly visible in Image 2, and NOT in image 1 and NOT in the painting.

    .. not making waves, just curious about these differences

    .. Andrew

    PS.. Where is « Cette », the ville indicated on the While bateau CPA

  7. 7 mduron 15 juin 2009 à 17:12

    Sorry, but my english is archaic…
    Merci pour vos interessantes contributions que nous versons au dossier. Il n’est pas certain, en effet, que les deux photos représentent un seul et même bateau : celui de Jules Verne. Vos remarques ne manquent pas de pertinence, mais le navire a été reconditionné à pluieurs reprises ; le doute persiste et le débat reste ouvert. N’oublions pas qu’il a appartenu à trois propriétaires successifs.
    En ce qui concerne le port de Cette, il s’agit de l’ancien nom d’un port français de la Méditerranée, débaptisé depuis 1928 et qui est devenu Sète. (…après s’être appelé, Seta, Ceta, Cetia, Sette)
    Cordialement.
    Aramis

  8. 8 Landry 9 juillet 2013 à 16:49

    Bonjour,
    Après avoir construis au 1/20ème le Saint Michel II, j’ai entrepris la construction du Saint Michel III, mais malgré de nombreuses recherches, il n’y a que quelques cartes postales et un plan que m »a délivré le musée Jules Verne de Nantes, mais malheureusement un peu fantaisiste par rapport au photographie. Je recherche essentiellement, des renseignements sur les roofs qui sont rectangulaires et je pense avec des sabords et non des hublots, où comme sur le Cutty Sark sans aucunes ouvertures à part les descentes.Je cherche aussi comment était fixé le beaupré, y avait-il des bittons comme le montre mon plan?
    Merci d’avance, si vous avez une petite idée sur ce type de bâtiment.
    Cordialement
    Bruno


  1. 1 La réplique du « Saint-Michel II » mise à l’eau « Escales Maritimes Rétrolien sur 10 mai 2011 à 13:11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :