Archive for the 'Images' Category

Débarquement à la sauvage, en 1960

Escales Maritimes est heureux de vous offrir ci-dessus cette petite exclusivité. Nous la devons à Henri Bourdereau qui fut en son temps capitaine du Liberty « Gien ». Il a tourné lui-même ces belles images avec le matériel de l’époque, une caméra 8 mm (même pas super 8 !), en noir et blanc et, bien entendu, sans mise en scène préalable. C’est vraiment du direct. Elles constituent une archive rare illustrant :
– D’une part, le débarquement en voltige, et le stockage à la sauvage de Dauphines et 4 CV Renault à Montréal en 1960.
– D’autre part, le numéro des marins funambules portant les aussières à terre lors du passage des écluses des Grands Lacs. Le moins qu’on peut dire, c’est que c’était sportif… (1)
Le document n’est pas sonorisé pour la bonne raison qu’à l’époque, il n’y avait pas de micro intégré sur le matériel d’amateur. Les images ne sont pas de haute définition, mais qu’importe, leur authenticité compense largement ce minuscule inconvénient.
Un beau témoignage délivré par de vénérables séquences, datant de plus d’un demi-siècle…
(1) Voir aussi le pseudo-Quiz n°138 du 23 juin. 

Publicités

Samedi, Arte plonge dans le Grand bleu

CŒLACANTHE*-DPCŒLACANTHE-DPNous saluons l’initiative. La chaîne Arte consacre toute la journée du samedi 3 mai à une programmation spéciale sur les Océans. Des sujets variés, foisonnants,  bourrés de découvertes et soutenus par des images proprement exceptionnelles. Une somme… Et un régal pour tous ceux qui aiment la mer pour le bon motif.
A notre avis, une occasion unique de faire le plein de documents rares et souvent inédits.
Si vous le pouvez, calez-vous devant le petit écran et ne lâchez plus…

AU PROGRAMME

• 10 h 40 – X:Enius (1) – Comment explore-t-on les fonds marins ? (inédit) – Magazine présenté par Emilie Langlade et Adrian Pflug (2014, 26 mn).

• 11 h 05 – Danse avec les poissons – Série documentaire de Christian Pétron et Boris Raim (2010, 5 x 43 mn)
11 h 05 – Les requins marteaux (rediffusion)
11 h 50 – L’île aux baleines (rediffusion)
12 h 35 – En Méditerranée (rediffusion)

• 13 h 20 – Futuremag « Spécial Océans »inédit – Le rendez-vous de l’innovation présenté par Raphaël Hitier (2014, 40 mn)

• 15 h 10 – Naissance d’une île (rediffusion) – Documentaire de Bertrand Loyer (2010, 52 mn)

• 15 h 55 – Life – L’aventure de la vie – Série documentaire de Martha Holmes (2009, 10 x 43 mn)
15 h 55 – Les poissons (rediffusion)
16 h 40 – Créatures des profondeurs (rediffusion)

• 17 h 25 – Le calamar géant (rediffusion) – Documentaire de Yasuhiro Koya Ma (2013, 43 mn)

• 18 h 10 – Cuisine des terroirs – Le Finistère (rediffusion) – Documentaire de Lorenz Findeisen (2011, 26 mn)

• 20 h 00 – 360° Géo – Les pêcheurs de crabes de la Terre de Feu (rediffusion) – Reportage de Bernhard Rübe (2012, 43 mn)

• 20 h 50 – Le cœlacanthe, plongée vers nos originesinédit – Documentaire de Gil Kebaili, coécrit avec Laurent Ballesta (2014, 90 mn)

• 22 h 20 – Requins des profondeurs (rediffusion) -Documentaire de Yoshio Yuki (2013, 43 mn)
PS – Si vous ne devez regarder qu’une seule séquence, choisissez le cœlacanthe. Epoustouflant! (photos  Laurent Ballesta)
(1) Entièrement tourné au Centre Ifremer Bretagne.

La hune, telle qu’en elle-même…

huneVoici une scène de la vie maritime sur un navire de guerre du temps de la marine en bois. Il s’agit de la frégate « L’Incomprise » inventée par Palma Gourdon (alias Sahib) et illustrée par Louis Ernest Lesage (1876).
Le bouquin qui s’y rapporte raconte l’histoire d’un périple cahotant où des personnages extravagants font un tour du monde délirant, onirique, farfelu. Les images font parfois penser à Dubout ou Gaston la Gaffe…
Paradoxalement, certaines illustrations sont d’un parfait réalisme, traitées avec un souci de précision montrant une grande connaissance du matériel et de la vie maritime. On voit ici un groupe de matelots au repos, juchés sur la hune et écoutant un conteur de circonstance. Les attitudes sont justes, bien posées, y compris celle du grimpeur qui ne passe pas par le trou du chat. Mais surtout, les détails du capelage sont parfaitement représentés, à leur place exacte, depuis la chouque, tout en haut, les enfléchures, caps de moutons, etc. jusqu’à la voile soigneusement ferlée sur la vergue. Le tout sans erreur de perspective.
Au final, plus qu’une saynète plaisante l’image est à considérer comme un véritable document maritime ; c’est  d’ailleurs pour cela que nous vous la proposons…
(voir Dico Mer si nécessaire)

Est-ce ainsi que meurent les navires ?

• Humeur – Je ne sais pas d’où vient cette vidéo, ni le lieu où la scène se déroule, et d’ailleurs je ne veux pas le savoir.  Sans doute sur un chantier de démolition comme il en existe tant dans les pays pauvres.
Ce qui m’intéresse ici, c’est la violence de cet échouage progammé, le côté désespéré de ce vieux (?) ferry qui, délibérément, court à son supplice. On lui a déjà préparé son tombeau, entre deux autres condamnés qui lui serviront de béquilles. Il s’y précipite. Et cette sirène qui brame un dernier adieu à la face du monde. C’est pitoyable, comme sont pitoyables les hommes qui vont le dépecer parce que, s’il veulent survivre, ils n’ont pas d’autre boulot…
Il y a un arrière-goût de meurtre dans ces images, je les juge morbides, angoissantes. Quelque part, elles symbolisent un monde implacable et destructeur où l’émotion n’a plus sa place.
Quel monde ? Notre monde.
Est-ce ainsi que les hommes vivent disait Aragon, peut-on s’interroger, est-ce ainsi que meurent les navires ?
(Merci à Marc Minni qui nous a transmis ces images).
Milady

La mer est si grande, et le bateau si petit…

Le train de tempêtes de cet hiver n’a pas suscité que les images spectaculaires dont les médias ont saturé nos écrans ; il y eut aussi des drames. Des drames… et des sueurs froides.
Un ami d’Escales, Mc Goy, nous recommande cette vidéo diffusée par Voiles et Voiliers qui devrait donner à réfléchir à tous les petits voileux que nous sommes.
Ça se passe le mois dernier, à l’entrée de Zumaia au Pays basque espagnol, quatre équipiers ne portaient pas de harnais. Je défie qui que ce soit de ne pas avoir froid dans le dos ! C’est un peu long mais regardez jusqu’au bout.
Tous nos compliments à Gabi Aymat auteur de la séquence. (Le voilier est un Bavaria 38)
Maintenant, cliquez sur ce lien et attachez vos ceintures…
http://www.voilesetvoiliers.com/les-videos/cote-basque-espagnole-entree-de-port-catastrophe-zumaia/

Scène de genre avant le passage à tabac

dzv1En complément au dernier pseudo-Quiz, Jacques Larrouy nous envoie cette belle image qui confirme la gravure publiée le 5 octobre. On notera que la scène se passe à une époque plus récente mais que le rituel demeure. Les matelots attendent sagement leur tour, tandis que le factionnaire surveille l’usage de l’objet, astiqué comme un sou neuf.
Faut vraiment aimer ça…

Fin tragique du second Bounty

Voici ce qui restait de la réplique du célèbre Bounty anéanti par l’ouragan Sandy. Selon les garde-côtes américains l’épave aurait coulé par la suite (le bateau naviguait sans moteur !). Au total 14 personnes ont été sauvées, mais une autre serait morte à l’issue du drame.
Le Bounty n°2 (55 m) avait été construit  pour le tournage du film « Les révoltés du Bounty » où s’illustrait Marlon Brando.
• Pour mémoire, le Bounty (le vrai) fut le théâtre d’une mutinerie en avril 1789, à Tahiti, au cours de laquelle le capitaine Blight, abandonné sur une chaloupe avec quelques fidèles, parvint à regagner l’Angleterre pour y faire juger les mutins.

Une image pour mon plaisir

L’image n’a rien d’exceptionnel ; c’est un mouillage forain comme il en existe tant en Méditerranée. Tout est paisible, c’est le matin, les équipages dorment encore. Le cadrage de la photo est convenable sans plus. Nous sommes à Port Man (sur Port-Cros) dans les années 70.
Alors pourquoi « pour le plaisir » ? Eh bien ! c’est seulement égoïste, parce que ce jour-là avec une poignée de journalistes, nous avons vécu un moment de grande sérénité entre le ciel et l’eau, comme ça, vraiment pour le plaisir. Nous étions jeunes, heureux de vivre  et de nous trouver là. C’est tout…
Je dédie donc cette image aux anciens de l’AJAP (1) du temps où la plaisance et la liberté étaient sœurs jumelles. Ils se reconnaîtront, je n’ai pas besoin de les citer. Un clin d’œil, quoi. Un peu nostalgique tout de même…
M.D.
(1) Association des journalistes amis de la plaisance.
• Photo Escale Maritimes.

Une image pour le plaisir

Soyons justes, en Bretagne, le début de l’été n’est pas très engageant. Un vent de dérèglement climatique secoue notre belle province, qui réagit comme elle le peut. Témoin cette incantation désespérée, photographiée par Jiheldet, dans un port réputé pour ses sardines et sa Fête des Gras.
Quelqu’un (qui ?) a manifesté sa revendication avec cet humour, bien particulier, où se mêlent l’ironie et l’auto-dérision, comme ça, pour le plaisir. Un magistral clin d’œil à ceux qui pleurnichent sur le mauvais temps. Il rappelle ce dessin humoristique paru naguère dans Le Canard Enchaîné, dont la légende était : Quoi ?, il neige en plein hiver ? Mitterrand démission !
Allez, souriez, c’est quand même mieux que regarder le Tour de France à la télé.
Milady

Terrifiant naufrage dans le Raz de Sein

Voici des images inouïes filmées par un touriste de passage. Le 18 mai dernier, les ligneurs d’Audierne sont en plein travail dans le Raz de Sein ; la pêche au bar n’attend pas. Temps dur, mer démente, ils y vont quand même. Soudain, le bateau de Sylvain Normant, Le Brisant, 8 m à peine,  se fait surprendre par une déferlante qui le cueille par le travers ; le petit côtier est immédiatement couché, chaviré, roulé comme un fétus de paille… Par bonheur l’homme réussit à s’accrocher à l’épave, ses collègues volent à son secours, mais peinent à le récupérer. Manœuvre délicate, dangereuse, haletante… Finalement, le pêcheur est arraché à la mer, épuisé mais sauvé. De justesse…
C’est absolument terrifiant. Mais regardez plutôt, tous ceux qui vont sur l’eau – et même les autres – apprécieront.


Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.