Archive for the 'Une image pour le plaisir' Category

Une image pour le plaisir

Nouvelles de l'atelier Juin 2015Oui une image pour notre plaisir, une belle silhouette quoiqu’un peu léchée mais qui montre le travail méticuleux de celui qui l’a rénovée. Il s’agit d’une reproduction estimée du vaisseau de 64 canons Saint-Michel.
• Ces vaisseaux, typiques de la deuxième moitié du XVIIIᵉ siècle, mesuraient environ 50 m de long pour 12 m de large.
Ils étaient armés de 26 canons de 24 livres dans la première batterie, de 28 canons de 12 livres dans la deuxième batterie et de 10 canons de 6 livres sur les gaillards.
L’équipage en temps de guerre comprenait 538 hommes.
• La maquette qu’on voit ici semble assez ancienne ; comme telle, elle a subi le poids des âges. Dominique Castagnet a tenté de la reconstituer au plus près de son modèle d’origine. Ou plutôt de ses modèles, car il subsiste un doute. Le maquettiste a trouvé la trace de deux Saint-Michel, l’un lancé en 1673 – sous le règne de Louis XIV – l’autre en 1741 sous celui de Louis XV. Allons bon ! C’est pourquoi, il reste à la recherche de tous éléments qui pourraient enrichir ce qui est une interprétation sans doute perfectible.
Athos

Magnifique : 57 images pour le plaisir…

Bon, l’Hermione est dèjà bien loin… Néanmoins, nous ne pouvons résister au plaisir de vous proposer ce remarquable diorama sur la descente de la Charente par la Frégate très magnifique. Un document magistralement saisi depuis un hélico et qui retrace ce moment unique, historique, inoubliable.
Il nous a été transmis par « pyb29 Free » que nous remercions bien chaleureusement de son concours. S’il en a d’autres …
Maintenant, installez-vous dans le silence, oubliez tout et regardez ! (cliquez sur l’icône « plein écran » dans la fenêtre noire)
• Source :

Une image pour le plaisir

Saïb 2Cette magnifique image nous montre le commandant d’un bâtiment du XIXᵉ siècle dans l’exercice de ses fonctions. La charge est sévère et l’attitude du personnage sans équivoque ; cumulant les grands défauts du tout puissant Vulgo le Pacha régnant sans partage sur tout son équipage.
L’œil impitoyable de son auteur, le génial Sahib, a rassemblé toute la suffisance d’un jouisseur repu, installé dans sa sinécure et autant bercé par la houle que par le narguilé. C’est assez cruel, mais fort. Bien entendu, ce dessin humoristique ne ressemble en rien au comportement des capitaines au long-cours « post Seconde Guerre mondiale », et j’en connais plus d’un prêts à en sourire. Mais autrefois…
Quant à la composition, parfaitement équilibrée ; elle fait penser aux ailes d’un papillon multicolore peinturluré de couleurs crues, rouges, jaunes, noires. A mon avis : un très beau travail méritant qu’on le considère en détail.
Allez, délectez-vous…
• Image – Extrait de « Marins et navire » 1890 – Association des amis des Musées de la Marine – Paris (Collection Georges Cornou).

Une image pour le plaisir

filet 2 DSCN0795Cette photo me plaît beaucoup. Elle est née d’une nécessité de metier (faire sécher les filets) qui sont jetés là, sans précaution, dans un geste obligatoire. C’est donc une image de pure utilité mais qui rassemble par hasard plusieurs composants de la création picturale.
L’œil du promeneur ne s’y attache guère, les filets sèchent au soleil, voilà tout…
Pourtant, en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’une organisation mystérieuse donne au sujet une dimension imprévisible. C’est fortuitement que le drapé, les camaïeux de la couleur, ses dégradés et leur disposition créent une composition délicate que bien des artistes-peintres recherchent sans toujours la trouver… Ici, l’esthétique dépasse l’art spontané, on pourrait l’appeler l’art naturel.
Picasso disait  «Si vous savez exactement ce que vous allez faire, pourquoi le faire ?»
Ici, c’est tout le contraire. Regardez dans le détail, vous verrez…
Milady
• Photo Escales Maritimes.

Une image pour le plaisir

graveur 2Voilà une bien étrange enluminure du XVIIᵉ siècle. J’ignore si elle ne comporte qu’un seul et unique trait, (c’est possible) mais elle révèle une imagination et une maîtrise du geste exceptionnelles.
Ce travail vient d’un maître flamand, David Roelands né en 1572, qui a laissé de nombreuses traces de son talent, gravures, dessins, calligraphies, etc. dont ce vaisseau, traité à la plume et daté de 1616.
Le sujet est franchement naval (on reconnaît bien le navire) même s’il comporte quelques licences artistiques ; disons qu’il est légèrement délirant… Qu’importe, l’intention est là, fulgurante, et c’est réussi.
Je me demande si Picasso n’aurait pas aimé la liberté insolente de l’auteur…
Athos

Une image pour le plaisir

N6904938_JPEG_1_1DMBien belle image, à mon avis. Trois jeunes cyclistes profitent de la marée basse pour se balader en toute liberté. Leur chapeau de soleil (bien inutile en l’occurrence) fait penser à la cornette des religieuses de l’époque (sans doute avant la guerre). La scène se déroule sur une plage du Nord (Boulonnais ?) où les voiliers de pêche échouaient sur le sable faute de port à flot.
La composition du cliché est réussie ; le ciel lourd, les trois personnages de face, l’estacade au second plan ainsi que le voilier sur la droite concentrent bien l’atmosphère toujours un peu mélancolique des plages du nord de la Manche. Avec, en prime, une certaine séduction bien difficile à exposer…
Athos
• Source BnF, Gallica

Une image pour mon plaisir

bato C VVoici un palace qui mérite bien plus que quatre étoiles… C’est un petit côtier à la retraite de 6,5 m posé quille en l’air dans le jardin de mon copain Christophe Verdier. Il est impeccable, étanche, chauffé au bois, éclairé au pétrole. Comme on le voit, l’arrière mesure ses deux bons mètres, juste ce qu’il faut pour y caser un bon lit ; c’est là que je dors lors de mes visites. Sur l’avant, une table de bistrot calée entre deux bancs. C’est tout, et c’est somptueux… La mer est à cent mètres, la nuit on entend le chant du flot qui berce nos rêves ; au moindre grain la coque crépite sous sa mitraille et quand le suroît gémit un peu, on devine la ronde des sorcières autour du bateau inversé. Attention suprême, mon ami laisse toujours traîner par ci, par là quelques pelotes de bitord qui embaument le carré. Personne  ne pourra jamais s’offrir ce luxe au Club Med.
Qu’on me comprenne bien : il ne s’agit pas de nostalgie, mais tout simplement de plaisir…
Aramis
• Image – Aquarelle de C. Verdier.

Une image pour le plaisir

SONY DSCLe hasard, encore le hasard… Pas besoin d’être un maître de la peinture pour s’étonner d’une telle fête de couleur. Les pêcheurs du Crotoy ont jeté là leurs filets hors d’usage sans la moindre intention esthétique. Celle-ci jaillira d’une symphonie inespérée de vert, orange, rouille et gris de toutes nuances que souligne un effet de perspective.
Nous avons tous vu, au hasard d’une promenade ou d’une escale, de tel jeu de couleurs ; en avons nous goûté la saisissante beauté ? Pas sûr, le grain qui menace ou le mouillage incertain attirait notre attention ailleurs. Dommage. Notre amie la Mer nous offre des cadeaux que nous ne savons pas toujours saisir.
Heureusement, ce jour d’hiver, le photographe était là, il a su voir… à notre place !
• Image – Christian Derachinois.

Une image pour le plaisir (?)

Paniere-d-algues-rouges-dans-le-lagonEst-ce vraiment une image pour le plaisir ? Le cliché est superbe (cadrage, couleur, mouvement, expression) mais cette femme n’est pas là pour nous distraire ; elle travaille.
Munie d’un matériel dérisoire, elle récupère les algues rouges échappées d’une culture sur filière comme il en existe tant dans les lagons de Nusa Dua à Bali. Humble métier, mais dur métier, qui lui procurera un petit complément pour faire vivre sa famille.
Il y a dans cette image une humanité intense qui n’a pas échappé au regard du photographe. Tout y est, la dignité, l’obstination, un peu de fatalisme et sans doute de souffrance. La grandeur des petites gens…
La photo est extraite de l’exposition « Femmes et mer » (cinquante clichés du monde entier) d’Olivier Barbaroux, océanographe à l’Ifremer qui les a réalisés au cours de ses longs voyages. L’expo a été présentée en de nombreux lieux maritimes et a toujours reçu un accueil chaleureux et ma foi, pleinement justifié.
Je vous laisse à votre contemplation…
Porthos
• Source Ifremer – Cliché Olivier Barbaroux.

Une image pour le plaisir

le crotoyLa scène est tellement évidente qu’on hésite à le préciser ; c’est l’instant de calme après le retour de pêche. Les personnages soufflent un peu et remettent le bateau en ordre. Rien ne presse. Il faut dire que les voiliers sont encore en gavauche (1) et qu’il y a pas mal de rangement à faire. Le bateau immatriculé 2259 B… montre bien les moustaches traditionnelles (pointes blanches peintes sur l’avant) des embarcations locales. Celui du premier plan est un robuste étadier gréé à bourcet malet (1) et armé principalement à la pêche au hareng. La marée est déjà à terre, ne reste que la godaille, dans la caisse au premier plan que l’équipage se partagera plus tard.
Nous sommes au Crotoy, à pleine mer ou presque, les bateaux ne sont pas encore échoués. Dans quelques heures la Baie de Somme ne sera plus qu’un immense plateau vaseux, inaccessible jusqu’à Saint-Valéry-sur-Somme.
Ajoutons à cela une belle composition d’ensemble, nullement posée, qui génère ce climat bien particulier des retours de pêche. Oui, pour le plaisir…
(1) Voir Dico si nécessaire.

 


Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.