A

Abattée – Mouvement du bateau (à voile) ayant tendance s’écarter du lit du vent. (contraire aulofée)

Accastillage – Désigne aujourd’hui l’ensemble des petits équipements de bord (poulies, ferrures, winches, etc.) appartenant à la « quincaillerie de marine ».

Aiguillot – Pièce métallique (mâle) introduite dans le fémelot (femelle) pour former une sorte de charnière entre le safran et l’étambot.

Affaler – 1/ Faire descendre prestement une voile. 2/Se dit d’un navire à voile qui se laisse surprendre au vent d’une terre et ne peut remonter au vent pour se dégager.

Affréteur –  Personne morale ou physique prenant un navire en location.

Allure – Position des voiles d’un voilier par rapport au vent ; c’est la route suivie qui détermine l’allure.

Amer – Construction visuellement identifiée (balise, clocher, tour, clocher…) utilisée pour déterminer la position d’un bateau.

Amphidrome – Se dit d’un navire aux formes symétriques, conçu pour se déplacer indifféremment vers l’avant ou l’arrière. C’est le cas des drakkars et de certains bacs ou ferries. L’amiral Willaumez avait imaginé un type de corvette amphidrome.

Amure – Un voilier est « babord amure » si ses voiles reçoivent le vent de la gauche ; inversement « tribord amure » si elles le reçoivent de droite. Point d’amure : point de fixation inférieur d’une voile sur un un mât, une bome, une vergue.

Ancre flottante (ancre de cape) – Dispositif en forme de cône tronqué, en toile, que l’on file à l’avant ou à l’arrière d’un bateau, dans le but de le ralentir ou le maintenir face au vent.

Ankou – Représentation de la Mort dans la mythologie bretonne.

Annexe – Petite embarcation associée à un navire plus important et servant au va et vient entre celui-ci et la terre.

Arabe (voile) – La voile dite arabe est gréée sur antenne comme la voile latine ; elle est de forme trapézoïdale : comme si la pointe avant d’une voile latine avait été supprimée.

Armateur – Personne ou société qui exploite un navire dont elle est propriétaire.

Armer – Equiper un navire de tout le nécessaire (matériel, gréement, combustible, équipage, etc.) lui permettant de naviguer normalement

Artimon (mât d’)- Mât placé en arrière du grand mât ; (voile d’) voile portée par ce mât.

Assiette – Position d’un bateau par rapport à sa ligne de flottaison.

Aulofée, auloffée – Mouvement du bateau (à voile) ayant tendance à remonter face au lit du vent  (contraire abattée)

Aurique – Famille de voiles longitudinales, de forme quadrangulaires, englobant plusieurs sous-familles.

Aussière – Cordage servant principalement à amarrer ou haler un bateau.

Aveugler – Opération consistant à boucher une voie d’eau, souvent avec des moyens de fortune.

B

Balancelle – Voilier à gréement latin (voile triangulaire) employé au cabotage en Méditerranée.

Ballastage – Remplir les ballasts d’un navire pour régler son assiette.

Banc des menteux (banc des menteurs) – C’est le banc ou se réunissent les anciens pour ressasser leurs vieilles histoires de mer. Au fil du temps, les récits s’enjolivent de plus en plus…

Barre -1/ Timon agissant sur le safran d’un gouvernail (barre franche) ; par extension : volant circulaire ayant la même fonction . 2/ Accumulation d’alluvion devant une plage provoquant le déferlement de la mer.

Base ou plateforme. Comme dans une écluse : radier et bajoyers forment un U.

Bastaque  – Sorte de hauban mobile permettant le passage de la bome.

Batayolles – Garde-corps en bois ou métal ; en plaisance : chandelier.

Bateau de fleur (ou bateau-fleur) – En Orient, maison de tolérance flottante.

Bat la houle – Nom donné aux vieux matelots ayant beaucoup bourlingué.

Bâton de foc – Sur les bateaux légers, espar débordant l’avant sur lequel on grée le foc. Synonyme : boute-hors ou bout dehors.

Bau – Pièce de bois (poutre) posée transversalement et supportant le pont ; le maitre-bau correspond à la plus grande largeur du bateau.

Beaupré – Mât particulier, oblique, installé sur les grands navires à voile, débordant l’avant, sur lequel sont amurés les focs.

Béquilles – Pièces de bois ou de métal, disposées verticalement de chaque côté de la coque, de façon à maintenir le bateau droit sur sa quille au moment de l’échouage.

Bermudien – Gréement dont les voiles triangulaires ne sont enverguées que sur le mât (sans espar de soutien) ; la quasi totalité des voiliers de plaisance moderne portent un gréement bermudien, simple et performant (synonyme : Marconi).

Bigue – Construction flottante servant à lever de lourdes charges ou mâter un voilier.

Bitture – Portion de chaîne ou de cordage disposée pour filer librement au moment du mouillage de l’ancre. (ou du lancement d’un bateau)

Black – Goudron, brai, coaltar.

Boîte – Synonyme de « conteneur ».

Bôme – Espar plus ou moins horizontal, lié au mât par une articulation, sur lequel est établie la bordure d’une voile. On disait jadis gui.

Bordache – Elève de l’Ecole navale.

Bordage – A l’origine désigne chaque pièce constituant la coque d’un bateau ; aujourd’hui on appelle souvent de ce nom la totalitéde ces pièces ; le mot s’est substitué à bordé (voir ce mot). Il en résulte parfois une certaine confusion…

Bordé – A l’origine ensemble des bordages, éléments constitutifs de la coque d’un bateau. Aujourd’hui est souvent employé (mais pas toujours !) pour désigner chaque bordage.

Bordée – 1/ Se dit de la moitié de l’équipage étant de quart, l’autre étant au repos (bordée tribord ou babord). 2/ Synonyme de « tirer un bord » pour un navire au louvoyage. 3/ Salve d’artillerie tirée d’un même bord (sur un navire de guerre).

Border – Raidir une voile par l’intermédiaire de son écoute. (Contraire : choquer)

Bornage – Navigation limitée à de courtes distances (petit cabotage).

Bosco – Maître de manœuvre.

Bossoir – Potence arrondie servant à mettre les embarcations à l’eau (synonyme : portemanteau). Argot : sein d’une femme.

Bouchain – Angle formé sur la coque par l’assemblage de constituants plats. Les bateaux en contreplaqué sont généralement dits « à bouchains vifs ».

Bouée – Signal de balisage disposé en mer pour marquer un point particulier ou signaler un danger ; une bouée se compose d’un « corps mort » placé au fond (lest), d’une chaîne, et d’un flotteur peint de couleurs conventionnelles.

Boujaron – Petite mesure servant à distribuer l’eau de vie à l’équipage . Par transfert le mot est devenu la boisson elle-même : boire le boujaron.

Bourcet malet – Type de gréement comportant une grand voile (bourcet) et un tapecul (malet).

Bout-dehors (dit aussi boute-hors) – Espar horizontal prolongeant la coque, sur lequel sont amurés les focs. On disait jadis bâton de focs .

Brai – Mélange de résine, suif et goudron utilisé lors d’un carénage  pour recouvrir les joints des bordages.

Brasse – Mesure marine de 1,624 m.

Bredindin – Petit palan utilisé autrefois pour les manutentions légères ; aujourd’hui sorti d’usage (regrettable car le mot sonne joliment)

Brick – Navire à deux mâts, gréant des voiles carrées et une brigantine sur le grand mât (arrière). Argot : maison de tolérance fréquentée par les matelots.

Brigantine – Voile à corne établie sur le mât d’artimon.

C

Cabestan – Fort treuil vertical, actionné par plusieurs hommes, et servant aux manœuvres de cordages exigeant de gros efforts.

Cabillot – Cheville de bois ou de métal sur laquelle on tourne une manœuvre courante.

Cabotage – Navigation limitée à certaines zones géographiques ; le cabotage est dit « international » s’il se fait entre un port français et un port étranger ; il est dit « national » s’il ne se fait qu’entre ports français. Le mot est parfois employé pour désigner une navigation ne s’éloignant guère des côtes. Caboteur : navire effectuant ce type de navigation.

Caïque – Petit bâtiment à voile traditionnel, armé à la pêche de la Baie de Seine au Pays cauchois. Réputé très robuste, gréé à bourcet malet, il est typique  des embarcations de plages tirées au sec à chaque marée.

Cale – 1/ Espace intérieur d’un navire ou l’on entrepose les marchandises. 2/ Sorte de petit ouvrage maçonné facilitant l’embarquement, le débarquement , et parfois le carénage d’un bateau.

Cale sèche  – Lieu aménagé dans un port permettant de mettre au sec un navire. Synonyme approximatif : bassin de radoub.

Calfatage – Opération consistant à bourrer d’étoupe les interstices entre chaque bordé, pour assurer l’étanchéité du bordage.

Calfat – métier de celui qui procède au calfatage.

Cambuse – Lieu où sont entreposées les provisions du bord.

Camin – Canot de pêche de la région du Havre, grée au tiers en bourcet malet.

Cap de mouton – Bloc de bois circulaire percé de trous servant à raidir les hauban ; fonctionne comme un palan.

Cape – (prendre la cape). Allure de sauvegarde d’un bâtiment dans le gros temps ;  elle consiste à équilibrer la voilure en ne conservant qu’un minimum de toile.

Capelage – Extrémité du mât sur laquelle les boucles du  gréement dormant (fixe) sont immobilisées.

Capeler – Action d’enfiler un vêtement par le haut, un ciré ou une marinière par exemple.

Capian – Prolongement presque vertical de la tête d’étrave en forme de phallus (stylisé). Se retrouve sur presque toutes les embarcations de Méditerranée occidentale.

Caraque – Grand et lourd bâtiment du Moyen Age et de la Renaissance.

Car carrier – Navire transporteur de voitures

Carène – Partie de la coque immergée. (synonyme : œuvres vives). Carénage : nettoyage de la carène.

Cargo à trois îles – Formule de cargo, dont les superstructures semblent montrer trois îles : château avant, îlot central, château arrière.

Caronade – Pièce d’artillerie courte, de différents calibres, des XVII et XIXe siècles.

Carrée – Se dit d’une voile quadrangulaire enverguée sur une vergue (elle n’est jamais « carrée » au sens géométrique du mot mais plutôt trapézoïdale…).

Carré – 1/Poste principal du bateau où se tient l’équipage. 2/Type de gréement comportant des voiles carrées . (voir ce mot) . Les trois-mâts dits « barques » ne portaient aucune voile carrée au mât d’artimon.

Cartahu – Cordage associé à une poulie et servant à la manutention de petites charges.

Carvelle – Fort clou à tête, de section rectangulaire et pointe aplatie, employé pour border les bateaux en bois ayant une coque en forme (arrondie).

Casier – Sorte de nasse utilisée pour la pêche au crustacés. Les bateaux sont des caseyeurs.

Cat way – Petit ponton installé perpendiculairement au ponton principal (en arête de poisson) ou accostent les bateaux.

Cavaliers – Engins qui déplacent les conteneurs sur les terminaux.

Cession – Bien cédé à titre onéreux ou gratuit.

Charte partie – Acte faisant preuve de la conclusion d’un contrat d’affrètement maritime.

Chaussette – Sorte de sac, inventé par Tabarly, ou l’on tient une voile en attente, prête à servir.Choquer – Donner du mou à la tension d’une écoute (Contraire : border)

Chouque  – Forte pièce de bois ou métal, percée de deux trous et servant à la liaison entre le bas-mât et le mât supérieur

Circumnavigateur – Navigateur (souvent voilier) ayant effectué un tour du monde.

CiseauxVoiles en ciseaux : Position de la voilure établie pour partie d’un bord et pour partie de l’autre ; n’est possible qu’à l’allure du vent arrière.

Civadière – Voile carrée, d’appoint, installée sous le beaupré, sur les gréements anciens.

Claire voie – Petite ouverture pratiquée sur le pont, assurant lumière et aération.

Clin – Elément constitutif d’une coque dite « bordée à clins » ; les clins sont de longues lattes de bois posées longitudinalement, chacune recouvrant en partie la précédente.

Clipper – Type de grand voilier, généralement « trois mâts carré », construit à la fin du XIXe siècle, réputé pour sa vitesse et son élégance. Le dernier clipper existant est le Cutty Sark, victime d’un incendie en 2007.

Cockpit – En plaisance moderne, désigne ce que l’on appelait jadis la « baignoire » ; c’est un espace creux aménagé dans le pont, toujours situé vers l’arrière, dans lequel se tient le barreur et quelques équipiers.

Coiffer – Un navire est dit coiffé par la mer lorsque les vagues le submergent.

Compas – Comparable à la boussole sauf que c’est la rose qui se déplace sur son pivot et non l’aiguille.

Consentir – Joli mot de la Marine en bois, signifiant se briser après un long usage ; s’applique surtout aux cordages, mâts, vergues, etc. (Les curieux pourront consulter « Des mots de voile et de vent », Autrement éditeur).

Contre gîte – (se mettre à la contre gîte) Pour l’équipage d’un voilier léger, se placer au vent pour compenser la poussée du vent sur les voiles.

Coqueron – Compartiment de l’avant ou l’arrière d’un bateau  ou l’on entrepose souvent du matériel ou divers objets du bord.

Cordelle – Cordage servant à haler les bateaux depuis la terre (façon bateliers de la Volga)

Corne – 1/Vergue oblique portant la partie supérieure d’une voile trapézoïdale ; lorsqu’elle est très apiquée , elle prend le nom de pic. 2/Voile à corne : voile trapézoïdale enverguée sur une corne.

Corps mort – Système sous marin constitué d’une dalle de béton ou fixation hélicoïdale, relié par un filin ou une chaîne à une bouée appelée coffre. Sert à l’amarrage des bateaux.

Cotre – Gréement de bateaux de plaisance ou jadis de travail comprenant une grand voile, un foc et une trinquette.

Coursive – Passage réservé entre les emménagements d’un navire pour permettre la circulation.

Couture – Joint entre deux bordages, rendu étanche par un calfatage.

Cravate – (Mouiller en cravate). Consiste à porter l’ancre d’un navire, fixée à l’arrière d’une embarcation, jusqu’à son point d’immersion.

Crête (vague) – Point le plus élevé de l’eau entre deux creux de vagues successives. (sommet)

Creux – 1/Profondeur d’un bateau entre la pièce de quille et le pont. 2/ Bateau creux : qui n’est pas autovideur.3/ Vague – Point le plus bas de l’eau entre deux crêtes de vagues successives.(vallée)

CROSS – Sigle pour Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage ; il en existe cinq sur les côtes métropolitaines et cinq en Outremer

Cul – Arrière du bateau ; le cul peut être rond, carré, de poule, pointu etc.

Curragh – Embarcation traditionnelle de la côte ouest de l’Irlande ; construit de bois légers recouvert d’une enveloppe étanche (jadis peau, puis toile goudronnée).

D

Dame de nage – Pièce métallique en forme de lyre, servant de point d’appui pivotant à l’aviron .

Dation en paiement – Manière de s’acquitter d’obligations fiscales par la cession d’un objet de valeur

DCNS – Initiales de la société Direction des Constructions Navales-Services

Degré de liberté – Capacité d’un bras-robot de se mouvoir dans différentes directions.

Denier à Dieu – Avance perçue par le marin s’engageant pour une campagne de pêche à la morue. Sur les terre-neuviers fécampois, elle prend le nom de « Pur don ».

Dérive – Lame de bois ou de métal (coulissante ou pivotante) installée dans l’axe du bateau ou placée latéralement à l’extérieur de la coque (dérive latérale) ; son rôle est essentiellement « anti-dérive » c’est-à-dire de s’opposer à la dérive naturelle du bateau.

Domaine public maritime – Territoire maritime de largeur variable, défini par le rivage (côté mer) et les plus hautes eaux connues (côté terre).

Doris, dorissier – Embarcation à voile et avirons utilisée par les pêcheurs terre-neuvas ; dorissier : pêcheur armant cette embarcation.

Double – (Boire la double) Double ration de tafia (ou autre alcool) octroyée à l’équipage pour bonne conduite.

DRAC – Direction Régionale des Affaires Culturelles.

Dundée – Voilier traditionnel à deux mats, proche mais distinct du yawl et du ketch ; dans certaines version il s’agit de cotre à tapecul.

E

Ecart – Surface de jonction de deux pièces de bois se prolongeant l’une l’autre. Selon les pièces, elle peut avoir diverses formes, plus ou moins longues.

Ecoutille  – Ouverture pratiquée sur le pont pour accéder aux cales.

Ecubier – Ouverture circulaire pratiquée de chaque bord de la proue pour laisser passer le câble ou chaîne de mouillage. Argot : les yeux d’une jolie personne.

Eléphant – Surnom plutôt ironique, donné aux débutants (à la voile) et aux personnes maladoites à bord d’un bateau.

Embouquer – Pour un navire, se présenter dans une passe étroite, un détroit par exemple. Contraire : débouquer.

Emmancher (s’emmancher) – Entrer dans la Manche.

Emplanture – Solide pièce de bois disposée sur la quille d’un voilier et servant à maintenir la base d’un mât.

Enclouer – Action de sabotage destinée à rendre inutilisable un canon. On place un clou sur la lumière de mise à feu et on frappe vigoureusement au marteau. Imparable !

Enfléchures – Cordages disposés horizontalement dans les haubans, permettant d’accéder au gréement. Appelés parfois – à tort – échelle de cordes.

Enganter – Saisir un cordage à la volée. (ancien)

Enverguer – Opération consistant à fixer une voile sur sa vergue. Une voile enverguée est une voile établie de cette façon.

Espar – On donne ce nom aux pièces de bois de grande dimension entrant dans le gréement d’un bateau à voile (mât, bôme , vergue , corne , etc) .

Estran – Zone côtière alternativement couverte et découverte par la marée.

Estrope – Pièce de métal (ou de cordage) enserrant une poulie et qui sert à la fixer.

Étai – 1/Câble du gréement servant à tenir le mât longitudinalement, sur l’avant du bateau – 2/(voile d’étai) – Voile supplémentaire établie obliquement entre les mâts.

Étambot – Partie arrière d’un bateau « fermant » la coque.

Eutrophisation – Accumulation de débris organiques putrescibles (nutriments) dans les eaux douces ou salées, provoquant une déoxygénisation des eaux profondes.

EVP – (équivalent vingt pieds) Mesure de base servant à établir la capacité d’un porte conteneurs. Le conteneur (boite)de 20 pieds est le plus petit des conteneurs.

F

Fargues ou falques – Petits bordages rehaussant les plats-bords d’une embarcation, autour de la coque. Certains sont mobiles. Fargué (e) : terme d’argot pour dire élégant(e), bien habillé(e).

Fasseyer – Battement de voiles qui ne prennent plus de vent et flottent comme un drapeau.

Fémelot – Oeil métallique circulaire (femelle) dans laquelle est introduite l’aiguillot (mâle) pour former une sorte de charnière entre le safran et l’étambot.

Flèche – Petite voile généralement triangulaire, établie au-dessus de la corne d’un gréement aurique. (nom masculin : un flèche).

Feux de Saint Elme – Phénomène électrique du à l’affluence d’une grande quantité d’électrons autour d’objets pointus (mâture, clocher, aile d’avion). Il génère des étincelles crépitantes de couleur orange, bleue ou violette.

Fileyeur – Navire de pêche pêchant au filet.

Foc – Voile  triangulaire établie en avant du mât.

Forban – Forte chaloupe de pêche, originaire du Bono, dans le Golfe du Morbihan.

Franc-bord – Partie du flanc d’un bateau comprise entre la ligne de flottaison et le pont (hauteur de la coque au dessus de l’eau).

Frapper (un cordage) – Nouer un à un point fixe, souvent provisoirement.

Fuite – Un bâtiment met en fuite lorsque, cédant au vent, il fait route au vent arrière, avec ou sans voile. (manœuvre de survie)

G

Gabier – Dans la marine ancienne matelot chargé de travaux dans le gréement et de la manœuvre des voiles.

Gaillard – Partie surélevée à l’avant ou à l’arrière d’un navire (gaillard d’avant, gaillard d’arrière).

Gambeyer – Manoeuvre consistant à faire passer la vergue d’une voile au tiers de l’autre coté du mât.

Gavauche (être en gavauche) – S’applique à un bâtiment mal tenu, en désordre.

Germaine – Représentation en relief (genre demi coque) d’un bâtiment ou d’une scène maritime ; certains ex-voto sont des germaines. Le nom vient de son origine allemande.

Gîte – (nom féminin : la gîte) Inclinaison latérale d’un bateau sous l’effet d’une cause quelconque, avarie, chargement défectueux, et surtout le vent.

Glène – Cordage enroulé en rond (ou en spirale) pour constituer un « rouleau » sans nœud ni boucle. On glène ou on love le cordage.

Godaille – Surplus de poissons attribué à chaque membre d’un équipage de pêche ; il est destiné à la consommation familiale.

Goélette – Bâtiment à deux mats, le plus petit étant sur l’avant.

Goéliche – Petite goélette, gracieuse et élégante. Par extension : une jeune femme distinguée et plaisante.

GPS (Global Positioning System) – Système de positionnement global (par satellites) permettant de faire un point instantané et précis.

Gréement -Désigne l’ensemble des cordages, espars et voiles établis dans la mâture d’un voilier ; il en existe différentes familles dont les célèbres trois-mâts carrés et trois- mâts barque

Grelin – Fort cordage utilisé jadis soit pour le remorquage (150 à 360 mm de circonférence) soit pour le gréement ou le mouillage (90 à 400 mm de tour)

Gui– Espar sur lequel est enverguée une voile bermudienne ou aurique. Synonyme : Bôme.

Guindeau – Sorte de treuil à axe horizontal servant principalement à virer l’ancre d’un navire.

Guinder – Hisser par glissement un mât léger, (un mât de hune par exemple) le long d’un bas-mât et l’installer à poste .

Guipon – Sorte de balai (en textile ou peau de mouton) , à long manche, servant à étaler un enduit (brai) sur la coque d’un bâtiment à l’issu de son carénage.

H

Hauban -Élément du gréement dormant (fixe) d’un voilier ; c’est un câble assurant la stabilité latérale du mât.

Hauturier – Relatif à la haute mer ; un navire hauturier navigue en haute mer.

H B – Initiales signifiant « Hors Bord » (moteur hors bord).

Hiloire – Courte élévation du pont encadrant les ouvertures pour éviter les entrées d’eau.

Houache – Trace laissée sur l’eau par le sillage d’un bateau. Faire plus houache que de sillage : s’agiter inutilement.

Houari – Type de gréement sur lequel la voile est enverguée sur une corne très apiquée prenant le nom de « pic ». Lorsque le pic est à peu près vertical le gréement est  dit  Houari militaire.

House boat – Formule de bateaux de plaisance habitables, destinés à la navigation sur les eaux intérieures.

Hunier – Voile dite « carrée » installée au-dessus des voiles basses.

Hydrojet – Propulseur ou l’hélice est remplacée par une pompe agissant par réaction.

I

IFREMER – Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer.

IGN – Institut Géographique National.

Islandis – Vaste nappe de glaces continentales, plus connue sous le nom de calotte glaciaire.

J


K

Ketch – Gréement de voilier à deux mats, dont l’artimon (mât arrière) est implanté en avant de la barre. (s’il l’était derrière ce serait un Yawl)


L

Laisses – Ligne formée par les algues et débris divers déposés par la marée sur le rivage. Un coefficient de 120 délimite la ligne des plus hautes eaux connues. La limite des 100m de la loi Littorale, commence à partir des laisses des plus grandes marées.

Lamanage – Ensemble des opérations menées dans les ports par des professionnels spécialisés (les lamaneurs) lors de l’accostage ou de l’appareillage des grands navires ; jadis le lamanage était souvent pratiqué par le pilote, aujourd’hui les deux métiers sont clairement différenciés.

Lapin – Animal maléfique, frappé de tabou  dans la tradition maritime. Il ne faut ni en manger, ni se vêtir de sa peau, ni en avoir à bord sous quelque forme que ce soit. Il est formellement recommandé de ne pas prononcer son nom (on procède par surnom)

Latin – Type de gréement principalement utilisé en Méditerranée ; il se compose d’une (ou plusieurs) voile triangulaire enverguée sur une longue antenne .

LCI – Pour Landing Craft Infantry ; l’un des types de navires de débarquement employé en Normandie en juin 1944.

Lège – Se dit d’un bâtiment sans cargaison.

Legs – Donation faite par testament, prenant effet au décès du testateur.

Ligne de vie – Câble métallique courant de l’arrière à l’avant du bateau, sur lequel on croche le mousqueton du harnais de sécurité

Lisse – Fine pièce de bois courant sur la partie supérieure du pavois.(ne pas confondre avec « liston »)

Liston – Lame de protection extérieure, étroite, en relief, courant tout autour de la coque, au niveau de la jonction de la coque et du pont (ou du plat-bord).

Lit du vent – Sens dans lequel souffle le vent .

Livarde – Type de gréement où la voile (rectangulaire ou trapézoïdale) est maintenue dans sa partie supérieure par un long espar oblique (appelé livarde ou balestron ) ; le balestron est appuyé sur le pied du mât.

Loch – Dispositif indiquant la vitesse d’un navire. Aujourd’hui électronique, il se composait naguère d’un système tournant au bout d’une ligne (ligne de loch) dont la vitesse de rotation permettait d’estimer la rapidité de marche d’un bateau.

Loffer – Manoeuvre consistant à rapprocher le voilier du lit du vent.

Long cours – Navigation sur des routes maritimes au-delà du cabotage ; implique la navigation en haute mer sans limitation de distance ; les navires affectés à cette navigation sont dits « Long-courriers ». Leur commandant est dit « capitaine au long cours »

Lougre – Type de gréement au tiers.

Louvoyage, louvoyer -Gagner contre le vent en tirant des bords successifs, alternativement sous une amure , puis sous l’autre.

Loxodromie – Ligne qui coupe les méridiens terrestres sous un angle constant.

M

Machemoure – Dans la vieille Marine, sorte de chapelure, de fines brisures de pain, qu’on incorporait parfois à certains plats.

Magnitude – Chiffre conventionnel mesurant l’énergie libérée par un séisme.

Main courante – Rampe rigide contribuant à l’équilibre des membres d’équipage (stabilité)

Maître-bau – Le bau est la largeur d’un bateau ; le maître bau est sa plus grande largeur.

Malet – Nom donné au tape-cul sur les bateaux gréés « à bourcet malet ».

Malle – Nom, (surnom ?) donné aux bateaux à passagers assurant une liaison régulière principalement sur de courtes distances (Malle de Calais, Malle d’Ostende etc). Employé aussi, mais moins souvent, pour de longue traversées (Malle des Indes).

Manœuvres – Ensemble des câbles et cordages nécessaires à un voilier ; on distingue les manœuvres fixes, comme les haubans par exemple, dites manœuvres dormantes et les manœuvres mobiles, comme les drisses par exemple, dites manœuvres courantes

Marconi – Voir Bermudien

Marée – 1 /Nom donnée à une campagne de pêche ; une marée peut être plus ou moins longue selon les distances et le mode de pêche pratiqué. 2/ Mouvement alternatif des eaux entre la pleine mer et la basse mer. S’applique aussi à la quantité de poissons capturés pendant la campagne.

Margat – Aimable surnom donné aux enfants dans le nord de la France

Marmar – Surnom plutôt affectueux de Marine marchande.

Marques (marques de franc-bord) – Signal peint sur la coque (franc-bord) d’un bâtiment indiquant l’enfoncement autorisé pour ce bâtiment, selon les eaux (douces ou salée) dans lesquelles il navigue et selon la saison.

Mille nautique, mille marin – Unité de mesure de distance de 1852 mètres. (Ne pas confondre avec le mile anglais de 1609 mètres) .

Misaine – Nom du mât avant d’un voilier comportant plusieurs mâts – Voile de misaine, voile portée par ce mât.

Montrer ses dessous – Expression signifiant laisser voir sa carène (ordinairement cachée), par analogie à une coquette laissant paraitre ses dentelles…

Mouillage – 1/Ligne de mouillage : ensemble constitué par l’ancre, la chaîne, le câble, le câblot destinés à immobiliser le navire. 2/ Lieu généralement abrité où le bateau est immobilisé.

Moure de Pouar – Barque à gréement latin portant un court éperon sur sa tête  d’étrave évoquant vaguement un  « nez de porc » ; ce qui lui a donné son nom : nez de porc ( moure de pouar) . Typique du petit port du Grau-du-Roi (30)

N

Nable – Ouverture pratiquée dans les œuvres mortes servant à évacuer l’eau embarquée.

Nager – Synonyme de ramer lorsqu’il s’agit d’embarcations de mer.

Neuvage – Première navigation d’un bateau venant d’être construit.

Nœud – Unité de mesure de vitesse indiquant le nombre de milles parcourus en une heure par un bateau .

O

 

Orthodromie – Route d’un navire qui navigue suivant un arc d’un grand cercle.

Œuvres vives – Partie immergée de la coque d’un bateau.

Œuvres mortes – Partie émergeante d’un bateau.

Overlope – Sorte de barre d’écoute métallique, de forme arquée sur laquelle est frappée l’écoute de grand voile.

P

Palangrier (palangre)  – Navire de pêche pêchant à la palangre (ligne de fond).

Panneau – Robuste plateau assurant la fermeture d’une écoutille. Parfois utilisé pour désigner l’écoutille elle-même.

Passerelle – Poste de commandement.

Pavois – Sorte de garde-corps, établi sur la périphérie de la coque.

Phare – Ensemble des voiles dites « carrées » portées par un mât de grand voilier. Un trois-mâts (carré) grée trois phares carrés.

Pible (mat à pible) – Mat apparemment d’une seule jetée comme s’il ne comportait pas de bas mat,  de mat de hune ou  de mat de perroquet.

Pic – Nom pris par une corne (voir ce mot) lorsqu’elle est dressée presque verticalement.

Plain, plein – Se mettre au plain : échouer le bateau. (le plain est entendu comme plaine) ; avoir le cul au plain : perdre son commandement.

Pod – Système de propulsion orientable, se présentant comme un appendice, et jouant à la fois le rôle de propulseur (hélice) et de gouvernail (safran) ; un peu à la façon du Z-drive ou moteur hors bord.

Pomme de mât – Pièce de bois en forme de sphère aplatie, ajustée tout en haut du mât, dont elle constitue le sommet.

Ponant – Nom donné aux mers et côtes situées sur la façade ouest de notre pays. Par opposition au Levant : Méditerranée.

Ponté – Se dit d’un navire dont la coque est recouverte par un « pont » ; l’intérieur est alors étanche à la pluie et aux embruns.

Pontée – Sont « en pontée » les objets ou marchandises arrimés et transportés sur le pont d’un navire.

Portant – L’une des deux familles d’allures de marche d’un voilier ; la seconde étant le près. Le voilier est dit « au portant » ou à une « allure portante », lorsqu’il reçoit le vent plutôt de l’arrière.

Port en lourd – Poids que peut normalement transporter un navire en restant dans ses lignes d’eau ; s’exprime en tonnes.

Poste aux choux – Nom familier donner au canot de la provision chargé de pourvoir le bâtiment en denrées alimentaires.

Poulie – Objet que tout le monde connait. Poulie coupée : femme (toutes les femmes). Poulie de retour : femme d’un certain âge, peu attirante.

Poupe – Arrière d’un bateau.

Pratique – (masculin). Marin connaissant par son expérience, les moindres détails d’une zone maritime, port, côte, île, etc.

Préceinte – Elément de charpente  extérieur, ceinturant la coque et contribuant la liaison coque-pont (synonyme : carreau) ; contre-préceinte (mot non marin) : renfort de la préceinte.

Près – L’une des deux principales allures de marche d’un voilier ; la seconde étant le portant. Le voilier est dit « au près » lorsqu’il reçoit le vent plutôt de son avant ; le près serré est variable de plusieurs degrés selon la capacité  de chaque bateau de  « remonter au vent « .

Presse-étoupe – Pièce métallique cylindrique, garnie d’un joint étanche assurant le passage de l’arbre d’hélice à travers la coque. Anciennement le joint était de l’étoupe.

Proue – Avant d’un bateau.

Q

Quête – Inclinaison d’un mât vers l’arrière.

Quillard -nom génériquedes voiliers portant une quille.

R

Raguer – Action d’user, par frottements successifs, un composant quelconque d’un bateau.

Rappel – (être au rappel). Position d’un ou plusieurs équipiers d’un voilier léger, pour compenser l’effet de gîte du au vent

Régate – Course de voiliers (en temps réel ou handicap) autour de bouées.

Retour de galbord – Partie de la coque formant un arrondi s’appuyant sur la quille.

Ria – Petite vallée maritime du genre fjord.

Rikiki – Nom (surnom ?) donné au troisième étage de voiles d’une Bisquine.

Ris – Prendre un ris consiste à réduire la voilure en serrant une partie de la toile sur une bôme ou une vergue ; larguer un ris consiste à relâcher la toile tenue par le ris. Une voile est dite « au bas ris » lorsque tous ses ris sont pris

Rogue – Appât pour la pêche constiuée (entre autres) d’oeufs de poissons et farine d’arachide.

Rouf, roufle, roof, rouef – Partie proéminente de la cabine, sur le pont d’un bateau.

Royale – Surnom familier (plutôt affectueux) donné à la Marine Nationale (Navires de guerre).

Ruban Bleu – Trophée décerné au propriétaire du navire le plus rapide du monde (flamme de couleur bleue envoyée dans le mât). Avec l’apparition des navires ultra rapides, le Ruban Bleu est peu à peu tombé en désuétude.

S

Safran – Élément constitutif du gouvernail qui plonge dans l’eau ; c’est la partie active du système.

Sauterellier – Nom donné dans la Baie de Somme  au Crevettier (sauterelle et crevette synonyme)

Serrer (une voile) – Ramasser la voile complètement en la liant sur une vergue ou un autre espar, au moyen de garcettes.

Shipchandler – Fournisseur du matériel nécessaire à l’armement d’un navire.

SHOM – Service Hydrographique et Océanographique de la Marine.

Sinagot (sinago) – Chaloupe de pêche très rustique, originaire de Séné dans le Golfe du Morbihan.

Sister ship (ou sister boat) – Se dit de navires dont les caractéristiques sont identiques.

Skipper – Chef de bord d’un voilier de plaisance.

Slipway ou Slip – Plan incliné permettant de tirer les bateaux à terre. Souvent au moyen d’un chariot sur rails.

SNSM – Sigle de la très respectable Société Nationale de Sauvetage en Mer. (ses marins sont des bénévoles)

Soubresaillant – Soldat embarqué sur une galère et intervenant au moment de l’abordage.

Sous-barbe – Filin métallique ou chaîne servant à compenser les efforts du boute-hors ; il va de l’extrémité de celui-ci jusqu’à l’étrave, au niveau de la flottaison.

Supply – Nom donné aux navires d’assistance technique, plus ou moins polyvalents. (Remorquage, ravitaillement, transport de personnel, de matériel etc.)

Surbau – Petite surélévation encadrant une écoutille.

T

Tabatière – Sorte de petit lanterneau rabattable souvent utilisé sur les « quilles en l’air ».

Tableau – Surface plane, d’un seul tenant,  « fermant »  l’arrière de la coque d’un bateau .

Taillevent – Grand voile au tiers dont le point d’amure est situé au pied du mât.

Tangon – Espar servant à déborder une voile, généralement un foc.

Tape-cul (ou tapecul, ou tapecu) – Nom donné au mat et à la voile installés très en arrière sur certains voiliers.

Taquet – Pièce de bois ou de métal, en forme d’enclume, servant à tourner (bloquer) des manoeuvres.

TCD – Transport de chalands de débarquement.

Terre Neuve – Terre neuvier : le bateau ; Terre-neuva : le marin ; Terre-neuvien :  habitant de l’Ile.

Tiers (voile au) – Voile établie sur une vergue dont le point de tire (dit point de drisse ) est situé au tiers de sa longueur ; une partie de la voile se trouve donc en avant du mât.

Tins – Grosses pièces de bois carrées placées en ligne sur le fond d’une cale sèche (ou d’un dockflottant) destinées à soutenir la quille d’un navire.

Tirant d’eau – Distance verticale séparant la ligne de flottaison du point le plus bas de la quille.

Tirant d’air – Distance verticale séparant la ligne de flottaison du point le plus haut du navire (sur un voilier : le sommet du grand mât).

Tire-veille – Système de chaînes ou cordages servant à manoeuvrer la barre d’un bateau.

Tonne – Unité de mesure (1000 kg) servant à exprimer le déplacement ou le port en lourd d’un navire.

Tonneau – Unité de volume servant à mesurer la capacité interne d’un navire ; un tonneau de jauge brut (tj b) = 100 pieds cubes (2,83 m3).

TPL  (tpl) –  Abréviation pour « tonnes de port en lourd ».

Tramping – Mode de transport maritime à la demande.

Traversier – Petit navire à passagers assurant les (courtes) traversées entre deux ou plusieurs destinations.

Tribord – Ce qui est à droite de l’axe longitudinal d’un bateau est à tribord.

Trinquet – Nom du mât et de la voile d’avant sur les bateaux à gréement latin.

Trinquette – Nom donné au foc le plus en arrière (le plus près du mat) d’un voilier portant plusieurs focs.

Trois îles – Navire « à trois îles » ; se dit des cargos dont le pont laisse apparaître trois reliefs : un château à l’avant, un îlot central, une dunette à l’arrière.

Trois mâts – Navire à voile portant trois mâts (misaine, grand mât, artimon). On distingue le trois mâts carré (il porte des voiles dites « carrées » à chaque mât) du trois mâts barque qui ne porte pas de voile « carrée » à l’artimon.

Trou du chat – Ouverture pratiquée dans la hune pour livrer passage aux matelots.

 

U


V

Vaquelotte – Petit voilier de pêche, non ponté,  grée à bourcet malet (du Pays de Caux au Cotentin )

Vent (au vent, sous le vent) – Sur un bateau, la position d’un objet quelconque, appartenant ou non au bateau, se fait par rapport à l’orientation du vent. Est « au vent » tout objet se trouvant du côté d’où souffle le vent ; est « sous le vent » tout objet se trouvant du côté opposé.

Vergue – Espar de la mâture (perpendiculaire au mât) sur lequel est installé une voile carrée.

Vraquier – Cargo transportant des marchandises solides en vrac. (céréales, minerais, phosphates, granulats, etc.)

W

Wishbone – Bôme (ou gui) en forme d’arceau enserrant une voile (planche à voile).

Wharf – Appontement sur pilotis servant au chargement/déchargement des marchandises.

X


Y

Yawl – Voilier à deux mats dont le plus petit est installé en arrière de la barre.

Z

Zone Economique Exclusive (ZEE) – Espace sur lequel  un Etat côtier dispose de droits et de souveraineté économique exclusifs. En principe sur 200 milles marins au-delà des côtes.

Publicités

Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :