La Calypso s’accroche à Concarneau… désespérément

DSCN4122Petite visite éclair à notre vieille connaissance la Calypso. Le navire est toujours à Concarneau, au même endroit (à demi dans les hangars de Piriou) d’où il n’a pas bougé d’un iota. Tout juste divers éléments de ses superstructures, ont été rassemblés devant les membrures de bois (fausse étrave, poste de pilotage, cheminée, et autres morceaux disparates).
• En ville, la carcasse de l’ancien dragueur alimente plus d’une conversation qui se ramène immanquablement à « personne ne voudra jamais de cette épave ; le vrai problème reste : comment se débarrasser de la patate chaude ? » Rien que pour faire venir (de Paris) le convoi exceptionnel capable de déplacer le bateau, coûterait la bagatelle de 150 000 € nous a-t-on dit sur place. Un chiffre qui laisse rêveur… Et qui montre l’indifférence de la Fondation Cousteau (Francine) à l’égard des pénalités de retard qui s’allourdissent chaque jour un peu plus. Dans un bistrot, entendu cette réflexion : le meilleur endroit, ce serait au large des Glénan sous vingt ou trente mètres d’eau… Après tout, pourquoi pas ?
• Image – Notre photo, (prise le 19 mai), montre que rien n’a bougé depuis des années.

9 Responses to “La Calypso s’accroche à Concarneau… désespérément”


  1. 1 de Cayeux 20 mai 2015 à 12:48

    Le confier à une association d’insertion qui apprendrait à des « blessés de la vie » dans le respect de la réglementation, la dépollution, le démantellement, vers la vente de certains bois vers divers chantiers sinon bois de chauffage.
    Certaines pièces vers des brocantes et antiquités.
    Recyclage des métaux non ferreux,
    ferraille…
    Mor Glas pourrait sans doute suivre l’opération ! Quant à moi, je suis trop loin !!

  2. 2 JP HELLEQUIN 20 mai 2015 à 12:59

    Je croyais que le généreux Prince de Monaco, souhaitait en prendre possession…..Des mots, ou une volonté….JPH….

  3. 3 gauvin 20 mai 2015 à 19:55

    misère ! Le commandant doit se retourner dans sa tombe !

  4. 4 gernez 20 mai 2015 à 20:47

    Bonjour
    Je trouve comme de Cayeux que seul un démantèlement à terre, fait proprement par des bénévoles encadrés de professionnels, est acceptable. Envoyer par le fond une telle carcasse est un non sens. Le remorquage pourrait coûter plus cher que ça ne vaut et les risques de couler en route sont à prévoir. Il y aurait forcément pollution, et surtout un signal désastreux vers le public : terminer l’aventure Cousteau en prenant la mer pour une poubelle ? après ça que dire aux professionnels et plaisanciers à qui il arrive de manquer de conscience ?
     » Pourquoi je ne balancerais pas mes ordures au large de Penfret, si Cousteau en fait autant ?  » La situation de l’environnement marin est telle, l’ignorance ou l’inconscience du public moyen si grande qu’il faut éviter à tout prix les signaux négatifs. Malheureusement la Calypso n’est qu’un petit exemple, que dire des carcasses qui « vieillissent » du côté de l’Ile Longue ?

  5. 5 karreg an tan 20 mai 2015 à 21:36

    déjà suggéré il y a 2 ou 3 mois : au large des Glénans, par 20 m de fond, pour le plus grand bonheur des plongeurs, des crabes … et de l’entreprise Piriou !

  6. 6 Simon Perrault 22 mai 2015 à 02:09

    Je suis pantois de la tournure de ce mauvais roman-fleuve de la Calypso. Ces pérégrinations ne seraient jamais produites sous la gouverne de Madame Cousteau numéro 1. Je suis cette malheureuse saga depuis les rives du fleuve Saint-Laurent. Que soit rendu les honneurs à ce navire et qu’il soit immergé, comme nous disons au Québec, « au plus sacrant »(le plus vite possible).
    Cordiales salutations d’Outre-Atlantique.
    Simon Perrault

  7. 7 Stephane Caffaro 22 mai 2015 à 21:24

    Pourquoi pas vendre les morceaux à la découpe aux enchères, comme on l’a fait pour le FRANCE, cela pourrait combler une partie des frais.

  8. 8 Francis Bergerac 23 mai 2015 à 09:17

    Transformer cette honorable épave en allumettes et vendre chacune d’entre elles comme une relique, voilà une idée qui devrait plaire à Francine.

  9. 9 gernez 3 juin 2015 à 20:41

    Pour Simon Perrault : avec toute mon amitié, je ne trouve pas que ce soit rendre les honneurs à un bateau que de le couler, sachant qu’il sera une source potentielle de pollution. Et même je dirais que c’est la mer à qui on doit les honneurs, bien avant les bateaux, qui ne sont au fond (sic) que des objets, certes témoins du génie des hommes de mer et à ne pas maltraiter, mais des objets quand même. Puisqu’on ne peut très certainement rien faire d’autre, rendre les honneurs à la Calypso, ou plutôt à la mémoire de cette aventure, serait bien mieux fait en recyclant les pièces du bateau plutôt que de l’envoyer par le fond.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :