L’affaire du Bugaled Breizh n’existe plus…

Après 11 ans de combat, de rebondissements, d’espoirs, et d’espérance, les familles et la population tout entière devait apprendre aujourd’hui que la Cour d’appel de Rennes confirmait le non-lieu de mai 2014, ainsi que le demandait l’avocat général. L’affaire du « Bugaled Breizh » n’existe plus… Chagrin, rage, consternation. Dans un climat chauffé à blanc la Cour faisait savoir qu’il fallait avoir le courage de dire « on ne saura jamais » quand toutes les pièces accessibles d’un dossier ont été examinées avec soin. C’est à peu près ce qui a été dit, aujourd’hui à Rennes, à la consternation de ceux qui croyaient (qui croient encore) à la thèse du sous-marin pris dans les filets et entraînant le chalutier dans la catastrophe. Il y avait des manœuvres navales internationales ce jour-là.
Tout laisse croire que cette décision, que nous ne commenterons pas, laissera un arrière goût amer, voire insupportable, parmi la communauté maritime, et même dans la conscience de chacun de nos concitoyens.
La vie de cinq marins et 11 ans de combat pour en arriver là…
Aramis

Publicités

5 Responses to “L’affaire du Bugaled Breizh n’existe plus…”


  1. 1 Pierre 13 mai 2015 à 19:36

    Cela ressemble à l’affaire de l’explosion de la « Maison des Têtes » à Toulon.
    Explosion non élucidée d’un immeuble, enquête bloquée par le Secret Défense.
    13 morts 32 blessés.

  2. 2 pyb29 13 mai 2015 à 19:38

    Article du Télégramme :
    Bugaled-Breizh. Karen, Aquarius : quand l’histoire se répète
    12 mai 2015 à 06h51 / Pascal Bodéré / 0
    C’est l’histoire d’un exercice militaire de l’Otan qui se déroule autour du 15 du mois : 55 bâtiments de guerre engagés dans les eaux anglo-saxonnes dont des submersibles hollandais, norvégiens, britanniques… Et une forte suspicion de sous-marin espion traînant dans les parages. Au milieu de ce jeu de guerre, un chalutier qui pêche, des marins qui gagnent leur vie… au risque de la perdre. Car soudain, le filet se tend et le bateau se fait traîner durant une longue minute. Non, cette histoire n’est pas celle du Bugaled, chalutier bigouden qui périt corps et biens face au Cap Lizard en Manche le 15 janvier 2004 alors que s’y tenaient des exercices militaires sous-marins. Cette histoire est celle du Karen, chalutier d’Irlande du Nord qui pêche entre l’Écosse et l’île de Man. Elle date d’un mois. « J’ai tout de suite su qu’un submersible nous avait accrochés. J’ai alerté l’équipage qui a décroché le filet. Au moment où nous avons pu nous libérer, le bateau était près de chavirer », témoigne Paul Murphy, le patron pêcheur, dans un article paru le mois passé dans le journal The Telegraph. L’exercice militaire, c’était le Joint Warrior qui se déroulait entre le 11 et le 24 avril derniers sous contrôle britannique, réunissant quinze nations de l’Otan. Au fait de l’incident, les autorités étudient l’opportunité d’une enquête, la Royal Navy assurant qu’aucun de ses submersibles n’était sur zone. Là-bas, les comités des pêches pointent dans les médias des mouvements de submersibles russes en Mer d’Irlande. Selon la BBC, un autre incident s’est déroulé quelques jours avant l’accrochage du Karen. L’équipage de l’Aquarius aurait échappé de peu à la croche avec un sous-marin dont il assure avoir été victime. Alors que la cour d’appel de Rennes doit dire demain si elle clôt le dossier Bugaled-Breizh, une conclusion s’impose : sur les mers des îles britanniques, la sécurité des marins n’a rien gagné depuis le 15 janvier 2004. > Bugaled : la justice se prononce ce mercredi sur un non-lieu

    http://www.letelegramme.fr/bretagne/bugaled-breizh-et-l-histoire-se-repete-12-05-2015-10624986.php

  3. 3 pyb29 13 mai 2015 à 19:47

    Notre marine nationale et internationale aurait-elle le droit de vie ou de mort sur les gens de mer ?

  4. 4 Pierre CRISPY 13 mai 2015 à 20:44

    Quand on parle Justice, ça me fait rire doucement, ou plutôt pleurer fortement, aussi bien dans cette affaire que dans d’autres, La justice est prisonnière des raisons d’états. En bref il ne reste plus que les yeux des familles pour pleurer leurs chers disparus, acteurs d’un rude métier.
    Restons dignes et ayons une pensée pour eux.
    Le pouvoir a la force d’un rouleau compresseur pour camoufler la vérité, il reste au peuple la résignation dans la rage, un sentiment d’impuissance et de frustration.
    Voilà, plus de commentaire, juste le silence. Difficile à accepter.
    Pierre

  5. 5 FRK 14 mai 2015 à 09:43

    Et hélas comme bien d’autres drâmes cela restera dans les archives secrètes des « affaires d’état » dignes de séries (dites du complot) à l’américaine !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :