Les naufragés perdus du clipper Tamaris

Ile aux Cochons aux Crozet en 1889Pour rebondir sur l’information d’Escales Maritimes du 5 avril 2015 concernant l’exposition de Baden Cap-horniers et Robinson dont on peut saluer l’initiative,  je voudrais rappeler l’histoire incroyable mais véridique des naufragés du Tamaris qui avaient attaché au cou d’un albatros un morceau de fer blanc avec ce message en français inscrit dessus : « Treize naufragés sont réfugiés sur les îles Crozet, 4 août 87 » comprendre 1887. Cet albatros a été trouvé mort sur la grève de Fremantle en Australie du Sud-ouest le 22 septembre suivant ce qui permit de déclencher les secours. L’aviso de transport français Meurthe de la station de la Réunion fut dépêché aux Crozet.
Le 3-mâts clipper en fer de 670 tonnes de port en lourd Tamaris armé par les frères Bordes était parti de Bordeaux pour Nouméa sans escale le 3 décembre 1886 avec 13 hommes seulement, le capitaine Jean-Pierre Majou compris. Normalement, sauf avaries, il devait atteindre la Nouvelle Calédonie aux environs du 15 mars 1887 et rentrer en France par le Cap-Horn. Ne donnant pas de nouvelle à partir de cette date, des avis de Bordeaux du 16 juillet font part de graves inquiétudes sur son sort. En août 1887, il est considéré comme perdu par le Llyod, sa compagnie d’assurance.
En février 1888, le Journal du Havre rend compte du résultat de la mission du lieutenant de vaisseau Richard Roy commandant le Meurthe. En arrivant à l’île aux Cochons (1) celui-ci trouve une lettre du capitaine Majou enfermée dans une caisse. Tamaris s’était échoué par brume épaisse sur l’île inhospitalière des Pingouins (2) le 9 mars 1887 et s’est déchiré la coque. Parvenu à se dégager, il a sombré trois quarts d’heure plus tard à 3 milles de l’île. L’équipage rescapé arrive le 11 mars sur l’île aux Cochons voisine inhabitée avec un peu d’eau et 150 kg de biscuits de mer. Il y trouve les vivres de secours aux naufragés et des vêtements déposés dans une hutte 8 ans auparavant par le navire de guerre anglais Comus. Ils survivent à la Robinson Crusoé jusqu’au 30 septembre après avoir lancé leur improbable appel au secours avant de se décider d’aller sur une autre île des Crozet, la Possession, espérant y trouver un autre dépôt de vivres pour naufragés ayant épuisé le précédent. Mais le 3 décembre 1887 le lieutenant Richard Roy constate que le dépôt de la Possession est intact et ne trouve pas de naufragés sur place. Il en déduit que les embarcations portant l’équipage du Tamaris ont été emportées vers le sud et englouties en mer. Depuis ce drame, la toponymie de l’Archipel des Crozet s’est enrichie d’une baie Tamaris et d’un cap Majou. Pendant un temps il aura attiré l’attention de l’opinion publique sur ces iles désertiques françaises de l’océan Indien perdues dans les cinquantièmes rugissants.
Claude Briot 
(1) Une des îles de l’Archipel des Crozet.
(2) Autre île des Crozet.

Source : Claude et Jacqueline Briot : Cap-Horniers Français Tome 2. Histoire de l’Armement Bordes et de ses navires page 387. Chasse-Marée. Douarnenez 2003.
• Illustration : L’île aux Cochons dans l’Archipel des Crozet sur laquelle les naufragés du 
Tamaris ont survécu pendant 6 mois et demi. Dessin extrait du Journal des Voyages du 15 septembre 1889. Bibliothèque personnelle.

Publicités

0 Responses to “Les naufragés perdus du clipper Tamaris”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :