Quelques expressions cap-hornières

En haut le monde - Envoi J. F. Van PuyveldeUn des grands mérites d’Escales Maritimes, parmi d’autres, est de nous permettre d’exhumer des expressions en usage au temps des grands voiliers et d’enrichir notre Wikipédia maritime. En voici encore quelques-unes, affalées en vrac.
 À border l’artimon : était le seul ordre qui faisait briller les yeux des matelots. Il signifiait se voir accorder, par le capitaine ou le second, la double ration de vin en récompense d’un effort exceptionnellement fourni.
À dormir qui n’est de quart : envoyer au repos la bordée non de quart qui avait été appelée en renfort à la manœuvre sur le pont.
• Amarrer sa langue au taquet : se taire, la fermer.
• Avaler sa gaffe : mourir. Se dit aussi filer son câble par le bout ou larguer sa dernière écoute.
•  Baiser l’aviron tordu : quand tout farguait mal (1) et que l’on héritait de déconvenues.
• Chanter comme une poulie qui tourne à cul : chanter comme une poulie au réa désaxé et qui grince. • •Chapeau du capitaine : pourcentage sur le fret accordé au capitaine. Origine obscure. Choquer la boulinette : commandement pour mollir doucement la bouline (2) du petit hunier et effectuer un virement de bord vent devant.
Compter ses chemises : souffrir du mal de mer.
•  En haut le monde : appel à la manœuvre sur le pont de la bordée de repos en bas, signifiant qu’elle va devoir grimper dans la mâture pour établir la voilure ou au contraire la réduire en prenant des ris ou encore effectuer un virement de bord.
• Estroper la paperasse : tenir les comptes du voyage, rédiger le rapport de mer, le journal de navigation, les comptes-rendus à l’armateur, les états des existants en vivres et matériel, etc.
• Se paumoyer : se déplacer à plat ventre sur une vergue en crochant dans une filière avec les paumes des mains.
• Gabier d’empointure : réalisait des prodiges d’acrobatie au bout d’une vergue par gros temps.
• Grand mât albatros : capitaine ayant passé le Cap-Horn, les autres officiers l’ayant franchi sans être commandant du navire étaient des malamoks.
• Hâle-bouline : propre à rien, inutilité encombrante, mouche du coche.
Hisse le grand foc tout est payé : appareiller toutes dettes réglées y compris les poulies coupées (3).
• Les pompes sont franches : elles ont puisé toute l’eau du fond de cale.
• Manger ses Invalides : toucher sa pension de l’Etablissement National des Invalides de la Marine (ENIM) car quand il avait atteint la limite d’âge Colbert décida que le marin était invalide pour naviguer, même s’il était encore en bonne santé.
• Mangeurs d’écoutes : se disait des capitaines battant des records de traversées. Appelés aussi torcheurs de toile.
• Matelot de premier brin : comme un cordage formé de torons blancs non goudronnés. Vif à l’aulofée, toujours au vent de sa bouée.
•  Mettre le cap sur les fayols : expression utilisée par les matelots groumeurs quand, à bout de pommes de terre, il fallait se contenter des haricots secs le restant de la traversée.
• Peser le cargue-point du vent de la grand’voile : agir pour retrousser les points inférieurs d’une voile carrée vers la vergue et diminuer la prise au vent.
• Un boujaron dans l’archipompe (4) : petite ration de tafia dans le gosier.
Claude Briot
(1) Allait mal (2) Manœuvre servant à porter plus au vent la ralingue d’une voile. (3) Serveuses très hospitalières chez l’hôtesse ou dans les caboulots du port. (4) Puits permettant d’accéder au fond du navire quand les cales sont pleines de marchandises. Sources : Lectures diverses et nombreuses sur les Cap-Horniers tant imprimées que manuscrites.

• Illustration : En haut le monde ! Gabiers grimpant dans la mâture d’un grand voilier. Envoi de J.F. Van Puyvelde. (image émouvante. M D)

0 Responses to “Quelques expressions cap-hornières”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :