Eléments de stratégie franco-québécoise

• Carte postale  du Québec – Peu après son élection en avril 2014, le gouvernement du Québec avait annoncé son intérêt à mettre sur pied une stratégie et politique nationale de développement du secteur maritime. Le (grand) ministre des Transports a donc dès lors délégué un (plus petit) ministre aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime. Celui-ci devra organiser et mettre en place un vaste programme multisectoriel. Entre autre il implantera la première Stratégie maritime de l’histoire du Québec qui mettra en valeur le potentiel du fleuve et de l’estuaire du Saint-Laurent en donnant « un nouvel élan au transport maritime ; améliorera les infrastructures portuaires ; stimulant un nouvel élan au transport et chantier maritime ; assurant la pérennité et le développement de l’industrie des pêches et de l’aquaculture durable ; formant la main d’œuvre et en inscrivant le Québec dans l’économie bleue en investissant dans la recherche et le développement des biotechnologies marines « . (réf. : site Internet du ministère)
Fort louable programme des plus complets, à la Jean-Baptiste Colbert, qui devrait à terme inscrire le Québec au rang plus que mérité des grandes nations maritimes. Bien sûr, le milieu trépigne en tous secteurs, presque tous sont à l’ancre, vent debout et les voiles fasèyent en claquant fort. Pour l’instant, on « construit les arsenaux à partir des ruines » ; les porteurs congressent, parlementent, sous-comitent, séminairent et colloquent ; on avitaille. Or, surprise, les résultats commencent à poindre sur l’horizon du golfe : les acteurs majeurs de l’industrie sont mis aux anspects, les cabestans grincent, certains grands vaisseaux se déhalent déjà.
Les premiers ministres de nos deux nations viennent de signer vendredi (6 mars) une entente de collaboration pour la création d’un institut maritime franco-québécois. Cette institution permettrait de regrouper l’expertise de centaines de chercheurs de nos deux rives francophones de l’Atlantique, autour de visions et de problèmes communs. Sans plus de détails publics pour le moment. Le navire amiral québécois de cette portion de la Stratégie est l’Université du Québec à Rimouski, celle ville aux portes du grand golfe où se concentrent enseignement et recherche des sciences de la Mer et de la navigation.
Suivent encore ici les mots creux d’usage dans les communications officielles : positionnement concurrentiel, financements structurants, initiative, etc. Mais la machine de la Stratégie semble lancée et on ne peut ici que se réjouir et pavoiser de voir une politique, quelle qu’elle soit, porter fruit, et de si tôt. Probablement ce fruit était déjà mûr, va savoir.
Alain Boucher, le rédacteur

2 Responses to “Eléments de stratégie franco-québécoise”


  1. 1 mbouygues 17 mars 2015 à 22:19

    Merci pour cet article,

    La stratégie maritime de M. Couillard est en fait extrêmement contestée au Québec. Les organisations et fondations environnementales, les Premières Nations montent au créneau pour dénoncer ce développement saccageur , qui sera semble-t-il très bénéfique pour les finances des grandes compagnies pétrolières.

    L’économie bleue risque ici d’être noire, c’est du moins la crainte qui enfle devant le manque de concertation et d’intérêt pour l’environnement du gouvernement provincial, ce en quoi M. Couillard ne diffère pas vraiment de M. Harper, 1er ministre du Canada.

    La visite au Canada, de François Hollande en novembre 2014, déjà sujet de polémique (étant venu accompagné de la firme Total), n’était que l’antichambre de l’entente actuelle. Ce n’est donc que le début d’une longue épopée.

    Le fleuve St Laurent est certes une richesse, mais elle est fort menacée, ce qui risque de rendre la carte postale bien triste en réalité.

  2. 2 COKELUNDE 18 mars 2015 à 18:46

    Rêvons un peu….
    à une révision des autorisations de pêche le long des terres et dans les eaux de St Pierre & Miquelon….
    concrétisée par une signature à bord du « MARITE » qui doit normalement rendre visite à Quebec et à St Pierre & Miquelon en 2016 pour le bicentenaire de la rétrocession de l’archipel à la France.
    http://www.lemarite.com/Printemps-2016-retour-sur-les-bancs-de-Terre-Neuve_a240.html
    http://celebrations2016.com/

    Il n’y a pas toujours que le pétrole et les dollars dans la vie…..

    Bien cordialement
    JP L


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :