Le roi qui n’a jamais vu son royaume… maritime

image001Louis de la Cerda double descendant des couronnes de France et de Castille, comte de Talmont et arrière petit-fils de Saint-Louis se cherche un royaume faute d’en avoir hérité par succession dynastique.
Les terres qu’il convoite, un peu lointaines et perdues sur la mer, sont païennes, situation provisoire d’un point de vue purement papal. Il convient donc les christianiser. Pas besoin de combattre et d’envahir pour cela, un simple voyage en Avignon, une rencontre avec le pape Clément VI et Louis est nommé Prince de Fortunie, roi des Îles Fortunées par la grâce de Dieu ! Les peuplades du lieu ne connaissent pas encore leur chance, elles vont pouvoir accéder au ciel des catholiques par le seul fait de leur roi. Couronne sur la tête et sceptre à la main Louis Iᵉʳ, roi des Îles Fortunées quitte la cité papale alors qu’une violente averse s’abat sur la jeune cour (1). Mauvais présage.
Onze îles sur lesquelles étendre sa Majesté, le droit de battre monnaie et de transmettre la couronne à la descendance mâle ou femelle. Merci Clément. Mais il y a deux conditions tout de même : Louis doit admettre que le pontife est devenu son suzerain et qu’il doit lui verser chaque année 400 florins d’or. Sinon, il risque tout simplement l’excommunication, sanction un peu rude mais c’est l’époque. La bulle du 15 novembre 1344 scelle l’accord.
Il n’en faut pas plus pour semer la zizanie à la cour pontificale. Le pape donne une description si indécise de la position des îles que l’ambassadeur d’Angleterre pense qu’il s’agit des îles Britanniques (!) et écrit à son souverain que le pape vient de disposer de ses états. Le malentendu est levé mais c’est le premier coup de canif à l’allégeance anglaise à l’autorité du pape, allégeance qui tournera court deux siècles plus tard. Tout le monde semble à peu près content de la création de ce nouveau royaume sauf évidemment les rois du Portugal et de Castille qui comptaient annexer ces terres à leur couronne respective. C’est d’ailleurs pour éviter ce genre d’épuisantes bisbilles que le pape, un siècle et demi plus tard, leur partagera les nouvelles découvertes en découpant le globe en deux parties (2). Mais, le pape, fort heureusement couvert par Dieu, a de plus en plus de mal à tenir son petit monde.
Pour motiver et renforcer les troupes qui accompagnent Louis, Clément VI accorde quelques indulgences et adresse ses recommandations aux rois chrétiens pour aider leur nouveau collègue.
Tout est prêt maintenant pour que le Prince de Fortunie se constitue une flotte en la finançant par le trésor qu’il a accumulé durant la guerre de Cent Ans et vogue ainsi vers ses nouveaux sujets. Mais les délais de construction sont trop longs. Louis s’impatiente. Sans jamais prendre la mer, il s’empare du royaume en dépêchant à Lanzarote l’un de ses lieutenants Alvaro Guerra. Guerra fit tout sauf la guerre et se fit renvoyer par les pas-si-bons-sauvages-que-ça !
Ainsi s’évapora le rêve de royaume de Louis de la Cerda, Prince de Fortunie.
Francis Bergerac
(1) D’après Pétrarque, journaliste à l’époque.
(2) Traité de Tordesillas 1494.

Publicités

0 Responses to “Le roi qui n’a jamais vu son royaume… maritime”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :