Le courant à quai, pratique mais sans risque ?

La tendance à la livraison de courant à quai se développe rapidement lit-on dans la presse. De quoi s’agit-il ? Eh bien d’une distribution du courant électrique dans les ports de façon que les navires à quai n’aient plus à faire tourner leurs moteurs thermiques pour leurs besoins en électricité. Plus écolo (en principe) que le gasoil, le courant à quai se standardise dans les ports du monde entier. Les normes relatives aux rejets atmosphériques comme celle de la convention Marpol ne se limitent plus à la haute mer. Elles vont s’appliquer de la même manière pour les navires à quai. On en attend une diminution notable de la pollution atmosphérique dans les ports d’escales. Reste qu’en France l’électricité est produite à 75 % environ par le nucléaire ; non polluante à l’exploitation, elle peut le devenir en cas de dysfonctionnement accidentel à la production. Un bémol de taille que personne ne peut ignorer.

Publicités

2 Responses to “Le courant à quai, pratique mais sans risque ?”


  1. 1 Criss 9 octobre 2014 à 19:43

    La question posée est complexe et mérite de ne pas mélanger les cadres de référence pour en aborder les multiples aspects. Marpol (annexe 6) reste une prévision d’ amont (règles de cadrage) pour réduire les pollutions moteurs. La prise de quai est une solution d’ aval et seulement au port. La source de l’ électricité est un tout autre problème. Pour l’ exemple de la plaisance, personne ne se soucie de l’ origine de l’ électricité au bout de la prise de quai, par ailleurs très utilisée au port. Par contre, en mer et pour des voiliers, les panneaux solaires et autres éoliennes n’ empêchent pas les skippers (honnêtes) de faire tourner le moteur pour compenser le bilan électrique du bord. Seuls, les hydrogénérateurs peuvent convenir à un bilan correct et sans pollution. Mais pas au port…! Pas simple.

  2. 2 SPITERI Joseph 10 octobre 2014 à 07:40

    On ne peut que souscrire à de telles décisions qui vont dans le bon sens si on se place du côté de la préservation de la nature.

    Mais, car il y a une hiatus entre le fond et la forme de cette recherche écologique, est-ce que la norme nationale de distribution de l’électricité sera appliquée sans faille dans ce dispositif ?

    En d’autres termes, il y aura-t-il recherche d’enrichissement anormal au travers de cette distribution électrique.

    Ou encore, le prix du KWH sera-t-il vendu par le biais de la rétrocession au tarif public ou à la libre décision des gestionnaires portuaires ?

    Un article à ce sujet et relatif au prix du KWH facturé par la CCI des Alpes-Maritimes se trouve sur le site internet du CPPGJ http://www.cppgj.fr


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :