Paul Gauguin, éphémère navigateur au long-cours 


Paul Gauguin - portrait et extrait du rôle du LuzitanoDes  anciens pilotins de la Marine Marchande devenus célèbres, on connaissait Charles Beaudelaire, Edouard Manet (1) et plus près de nous Jacques Chirac. On connaissait moins bien cette période de la vie de Paul Gauguin. Orphelin de père dès l’âge de 3 ans, comme beaucoup de jeunes dans ce cas, il fallait débuter tôt dans la vie active pour subvenir à ses propres besoins et aider ses parents. À l’occasion d’une recherche sur les clippers français, il est apparu au rôle d’équipage du 3-mâts Luzitano sur lequel il s’était embarqué au Havre le 7 décembre 1865 pour Rio-de-Janeiro comme novice pilotin à 16  francs par mois. Cette double fonction lui permet de toucher une solde, mais il faut la gagner et travailler dur physiquement tout en bénéficiant d’une formation à la conduite du navire et lui permettre d’obtenir le temps de navigation nécessaire pour aller au cours d’hydrographie. Il a 17 ans, manifestement son besoin d’évasion est plus fort que l’appel du large et l’attrait des grands voiliers car il ne va pas faire de vieux os dans le métier.
En 1867, il embarque comme lieutenant sur le 3-mâts clipper Chili armé  par Le Quellec à destination de Valparaiso cette fois avec du charbon anglais à l’aller et du nitrate du Chili (2) au retour. Il passera donc deux fois le Cap-Horn. Lors de la remontée en France, le voilier est victime d’un démâtage en mer qu’il faut réparer avec les moyens du bord. Au retour du voyage, ses obligations militaires l’attendent. Inscrit maritime, il les effectue sur le croiseur Jérôme Napoléon puis mettra un terme à sa brève carrière de marin pour se consacrer à la peinture, sa véritable vocation.
Ses mémoires achevées à Atuana aux îles Marquises en février 1903, deux mois avant sa mort,  publiées à Paris en 1923 sous le titre Avant et Après sont quasiment muettes sur son passé maritime. Alors qu’on espérerait un témoignage précieux sur la vie à bord des clippers français, il l’expédie d’une phrase : « Je vous fais grâce lecteurs du voyage en mer, cela vous ennuierait ». Il confesse qu’il est devenu un homme au Havre dans un bouge de Saint-François ; éveil des sens qu’il développera chez une actrice, Madame Aimée rue Ovidor à Rio, puis au retour du voyage en faisant cascader la vertu d’une passagère (3) dans la soute à voiles du Luzitano. « A 18 ans on a en soi bien des graines » commente-t-il comme pour se justifier. Il indique quand même que la manœuvre des voiles lui a donné des muscles et qu’il a appris à se faire respecter malgré sa petite taille.
Claude Briot
(1) Edouard Manet – Lettres de jeunesse 1848-1849 – Voyage à Rio. Louis Rouart et fils. Paris 1928.
(2) Nitrate de soude, engrais naturel riche en azote et non pas le produit de synthèse polluant utilisé aujourd’hui, cause des algues vertes en Bretagne, dit-on.
(3) Les clippers du café de l’Union des Chargeurs du Havre embarquaient une douzaine de passagers tant à l’aller qu’au retour.

Publicités

0 Responses to “Paul Gauguin, éphémère navigateur au long-cours 
”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :