Une image pour le plaisir

Gallica1.highresRegardez cette affiche. Une aimable poissonnière (la Mère Angot) propose un assortiment très complet de bestioles livrées par les Pêcheurs Réunis. L’auteur a pris soin d’en faire figurer un maximum dont certaines, (soles, limandes, homard, langouste, bars), sont bien reconnaissables.
Au second plan, des tourteaux, huîtres diverses, oursins, clams, et crépidules attendent sagement le chaland dans leur barquette. C’est clair : comme aux Galeries Lafayette on trouve tout chez la Mère Angot.
• Cette personne ne manque pas d’intérêt. Rondelette, engageante, bien proportionnée, elle bonimente la clientèle avec un sourire contenu, c’est son boulot. Elle semble  porter le vêtement traditionnel, d’une région littorale, coiffe sobre, foulard croisé sur le cœur, robe rouge avec manches courtes à volant, petit tablier blanc sur le devant. Est-ce une vue d’artiste ou une reproduction fidèle ? Nous, on ne sait pas, mais on aimerait bien savoir.  Si l’un d’entre vous a une idée…
• En tout cas, l’affiche, (dont on ignore la date) est plaisante et sans ambages.
Heureux de la partager avec vous.
(Source : Gallica, bnf.com)

Publicités

8 Responses to “Une image pour le plaisir”


  1. 1 Nicoledl 16 septembre 2014 à 19:49

    En tous cas, tout cela est bien tentant…pour moi ce sera quelques belons, et une assiette mélangée de clams praires, oursins (bien pleins)
    Une belle sole, et pourquoi pas une portion de homard à l’armoricaine…
    On peut rêver
    Tant pis pour le costume de la dame, ce qui m’intéresse c’est ce qu’elle vend !

  2. 2 Criss 16 septembre 2014 à 20:11

    La célèbre Madame Angot reste un personnage de fiction dans un rôle de parvenue et nous vient d’ avant 1800. Adrien Barrère illustrateur de l’ affiche plus d’ un siècle plus tard peut avoir trouvé une partie de ses sources à Fécamp au moins pour le costume…

  3. 3 Eric17 16 septembre 2014 à 22:15

    Crépidule ???

    D’après la source BNF, cette affiche serait de 1900 (ça apparaît dans la liste http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&f_typedoc=images&q=barr%C3%A8re+affiche&p=1&lang=FR&tri=title_sort&n=15, mais plus dans la page de l’image http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9005904m.r=barr%C3%A8re+affiche.langFR )

    Or en 1900, la crépidule existait bien, mais en Amérique, et pas encore chez nous (elle serait arrivée accrochée aux fonds des dock flottants du débarquement en Normandie, donc 45 ans plus tard).

    Donc j’ai dovenlohadé l’image, je l’ai agrandie, et je lis … « grenouilles » !!

    Et pas « crépidule », Crepidula fornicata, traduc° = « petite savate en forme de four », savate à cause de sa forme, en « forme de four » pour sa courbure et surtout la cloison à mi hauteur qui rappelle la sole d’un four à pain.

    Çà n’a donc rien à voir avec de histoires de sexe, malgré les moeurs de ces mollusques, qui se collent les uns sur les autres, un peu style « frères Ripolins », et où celles du haut du tas – les plus jeunes – attendent réellement que celles du bas (les plus vieilles) changent de sexe pour les féconder.
    Le très joli nom qu’on leur donne dans l’étang de Thau : les « enculettes », est donc très évocateur, mais biologiquement faux, et sans aucun rapport avec la théorie du genre et le mariage pour tous. Et toc.

    Et ce n’est que tout récemment que la crépidule, rebaptisée « berlingot de mer », est entrée dans la catégorie des Comestibles. Je vais goûter ça, je vous tiens au courant…

    le gueurnouille, par contre, fait de tout temps partie des franchouilleries répertoriées.

    Confirmation sur l’époque : les huîtres. A l’affiche : des plates « de claires », des « Portugaises » et des « Marennes ». C’est en 1868 que le Morlaisien a introduit « la creuse » chez nous, mais il a fallu un certain temps pour cette envahisseuse soit admise chez nous (elle ne l’a vraiment été qu’après la mortalité des plates en 1920). Donc en 1900, les portugaises venaient soit du Portugal, soit de courageux innovateurs d’Arcachon, de la Gironde ou du bassin de Marennes.
    Les plates « de claires » ou les « Marennes », par contre … ben à mon avis c’est la même chose, c’est à dire des plates affinées en claire, c’était la seule production « reconnue » à cette époque d’avant les labels…

    Sinon je trouve que la dame, certes accorte, a vraiment de grôs sourcils…

  4. 4 Eric17 16 septembre 2014 à 22:25

    j’ai oublié : dans l’image, je vois aussi un brochet et une truite, ce qui confirme les apports d’eau douce (gueurnouilles), manquent juste des écrevisses, des carpes et des anguilles….

  5. 5 Claude Briot 17 septembre 2014 à 11:58

    La Mère Angot était marchande poissons aux Halles de Paris. Elle était la maman de « La Fille de Madame Angot » source de l’ opérette de Ducrocq. L’affiche est de Adrien Barrère (1874-1931) publiée vers 1900/1920. Merci Gogol !

  6. 6 escales maritimes 17 septembre 2014 à 12:12

    Super commentaire et bougrement documenté. On devine le connaisseur… Concernant à la crépidule il est bien possible que l’auteur (Athos) ait oublié ces besicles ce jour-là. D’autant que morphologiquement grenouille et crépidule n’ont pas grand chose à voir. Quant aux enculettes le nom est trop évocateur pour qu’on ne le comprenne pas ; je viens de la découvrir et le trouve savoureux…Honni soit qui mal y pense !
    M D

  7. 7 escales maritimes 17 septembre 2014 à 12:15

    On oserait à peine ajouter les ratons laveurs…
    Escales

  8. 8 Criss 17 septembre 2014 à 12:51

    Cette liste à la Prévert date au moins de 1925 à cause de la création de la Compagnie Française des Pêcheurs Réunis. L’ option 1900 / 1920 me laisse un peu crédule ! Pas trop clair !… de là à plonger dans l’ étang de Thau !!!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :