Banale et tragique, la disparition du  » Hilda « 

Hilda-1-1Ce jour-là, il fait vraiment mauvais sur les côtes normandes et bretonnes. Normal, nous sommes le 18 novembre 1905, et le petit vapeur britannique Hilda (longueur 71,80 m, vitesse 14,5 nœuds) est à la peine dans la Manche. Il vient de Southampton et se dirige vers Saint-Malo avec 103 passagers et 28 hommes d’équipage. Parmi eux 75 johnnies (1) qui rentrent au pays. A l’ouvert de l’estuaire de la Rance le Hilda est bloqué par des bourrasques de neige qui lui ôtent toute visibilité. Il reste en attente non loin du Phare du Grand Jardin. La nuit tombe. Vers minuit, le navire talonne sur les roches de la Pierre des Portes, dont il ne peut se dégager ; soudainement il se brise en deux. De nombreux passagers sont projetés dans une mer glaciale où ils ne survivront que quelques instants. Etrangement, les gardiens du phare n’entendront aucun appel, ni la sirène du bord, pas même l’explosion de la chaudière. Au petit matin, le vapeur Ada ne découvrira que dix survivants, agrippés au gréement qui dépasse encore. Ils sont épuisés, frigorifiés, semi conscients. Les 125 autres ont disparu à jamais. (1) Johnnies : nom donné aux cultivateurs léonards qui traversaient la Manche pour vendre leurs oignons, en porte-à-porte, à leurs clients britanniques.

3 Responses to “Banale et tragique, la disparition du  » Hilda « ”


  1. 1 Guigueno 6 septembre 2014 à 00:02

    La commission d’enquête n’incriminera à aucun moment les gardiens du Grand Jardin qui ne pouvaient ni voir ni entendre le drame dans la météo que vous rappelez

  2. 2 MINNI 7 septembre 2014 à 11:58

    Pas compris le terme « banale » de cette tragédie, qui a marqué l’histoire de ce début de siècle pour les Malouins. Le souvenir encore vivace de ce naufrage a conduit en 2010 à la création d’une association pour les Johnny’s et en leur hommage, la frégate ETOILE DU ROY a effectué, en 2012, une croisière avec 4 tonnes d’oignons roses chargés à Roscoff pour Jersey , puis à destination de Portmouth en Angleterre. Le nombre définitif des disparus n’est pas préciséemment connu, puisque les Johnnys n’étaient pas enrégistrés nominativement.
    Dans le même registre, il On consultera avec intérêt le site : http://www.carphaz.com
    Amitiés
    Cdt Marco

  3. 3 escales maritimes 7 septembre 2014 à 12:19

    Banale (hélas!) parce que ce genre de situation se retrouve dans maintes fortunes de mer. Le navire cherche à s’abriter, talonne, se brise et se perd. Scénario tristement classique…
    Bien amicalement.

    Escales


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :