Dock-mère et dock-filles, telles des poupées russes

*Dock flottant n° 23  livré par l'Allemagne à l'Angleterre en 1919 en dommage de guerre - GallicaComment mettre à sec entièrement pour caréner ou effectuer des réparations aux œuvres vives (*) de leur coque, un, deux ou même trois petits bateaux dans un grand dock flottant  pour gros navires ? Ça a l’air compliqué, ça ne l’est pas. Prenez ce dernier, immergez-le en remplissant ses ballasts puis faîtes entrer dedans le ou les petits pontons flottants appelés alors dock-filles. Faites remonter le dock-mère en pompant les ballasts jusqu’à ce que le ou les pontons s’échouent sur ses tins (*). Amarrez-les ensemble puis, immergez à nouveau le tout cette fois pour que le ou les petits bateaux puissent se positionner sur le ou les docks-filles. Les accorer (*), revidez les ballasts du dock-mère pour le remonter jusqu’à ce que son radier (*) et les carènes des petits bateaux soient complètement émergés.
• Les Allemands utilisaient ce système pendant la Première Guerre mondiale pour caréner leurs sous-marins. Après le conflit, et en dommage de guerre, l’Angleterre reçut notamment le dock n°23 présenté en illustration de ce billet. Le Port du Havre reçut pour sa part, en 1922, un dock-mère flottant de 120 mètres de long ainsi que 3 pontons annexes ou dock-filles. Un deuxième dock-mère de 16 500 tonnes et 190 mètres de long fut livré en 1930 toujours au titre des dommages de guerre. Coulé dans le bassin de Marée en 1944 au cours des bombardements alliés, il ne fut relevé qu’en 1956.
Claude Briot
(*) Voir Dico Mer si nécessaire.
• Image – Photo du dock-mère allemand n° 23 avec son dock-fille en position, béquillé  et amarré au précédent par quatre amarres capelées à chaque coin supérieur. On aperçoit très bien la ligne de tins du dock-fille. Photo Gallica.bnf.fr

.

3 Responses to “Dock-mère et dock-filles, telles des poupées russes”


  1. 1 Pierre Morin 2 septembre 2014 à 03:16

    Pardonnez mon ignorance mais, qu’est-ce que c’est que ces petites pièces toutes alignées au centre du dock et sur les côtés ? On dirait une multitude de blocs-moteurs de six cylindres en ligne…

  2. 2 Claude Briot 2 septembre 2014 à 14:49

    Ces pièces alignées au fond du dock flottant et sur les côtés sont les tins qui permettent à la coque du navire de se poser tout en permettant aux caréneurs de pouvoir travailler dessous. Les tins latéraux soutiennent les flancs du navire parties intermédiaires entre le fond de coque et les murailles, qu’en terme technique on appelle les bouchains. Par ailleurs les bois des tins font office d’amortisseurs. Bien à vous.

  3. 3 Pierre Morin 3 septembre 2014 à 03:29

    Coïncidence, je découvre avec votre réponse que j’ai chez moi des tins de bois que j’appelais des « supports » et qui me servent à déposer mon bateau-moteur sur mon terrain pendant l’hivernage. Un sous l’étrave et un de chaque côté sous le bouchain près du tableau arrière. Et pour faire le même travail de caréneur…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :