Octobre 1912, la triste fin du trois-mâts Bessel

573DSCN3989C’est un trois-mâts barque à coque métallique, (46,60 m de long, 428 tonneaux) construit en 1869 en Belgique, puis revendu à plusieurs reprises. Il porte le nom de Bessel, pavillon norvégien, et revient d’Aruba (Antilles néérlandaises) avec une cargaison de 838 tonnes de phosphate. Après sa traversée, il est pris dans une forte tempête de suroît qui le rejette dans la Baie d’Audierne ce 28 octobre 1912. Incapable de gagner au vent, il tente de se réfugier à Audierne qu’il ne parvient pas à atteindre. Le coin est très difficile. Désemparé, il mouille en catastrophe au large du port et lance des appels de détresse, mais la chaîne d’ancre se brise et le bâtiment part en dérive. Il s’échoue à 150 m du phare à l’extrémité de la jetée de Raoulic où les sauveteurs du canot Général Béziat vont, de nuit, arracher à la mort les 10 marins d’équipage. Acte héroïque, lorsqu’on sait que c’est là que se forme une barre redoutable par vent de sud-ouest.
Le lendemain, le navire abandonné, porté par la marée et les lames se déséchouera et viendra, seul, se briser le long de la jetée à une trentaine de mètres de son extrémité.
Ce n’est pas terminé. Le bateau restera dans cette position jusqu’au 24 novembre 1912. Ce jour-là, profitant de bonnes marées, deux remorqueurs tentèrent de tirer le navire de sa situation délicate. Ils ne réussirent qu’à le déplacer de 250 mètres où, à la suite d’une fausse manœuvre (!), le bateau se mit en travers du chenal, l’obstruant presque totalement. Le Bessel restera dans cette position pendant quatre mois. Il fallut l’intervention du ministre des Travaux Publics pour prendre la décision de détruire l’épave. Ainsi finit le Bessel dont on ne récupéra que peu de choses, dont un tronçon du mât de misaine (4,20 m), visible actuellement au Musée maritime du Cap Sizun.
Cyrano
• Images – A gauche, Le Bessel drossé sur la jetée du Raoulic, le 29 octobre. A droite, le tronçon de mât conservé au Musée maritime du Cap Sizun. (Photo Escales Maritimes).
PS – Malgré la légende de la carte postale Escales maintient la date du 28 octobre 1912.

Publicités

0 Responses to “Octobre 1912, la triste fin du trois-mâts Bessel”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :