Comment couler le San Diego… sans combattre

image001image004Parti avec 248 hommes et 4 bateaux pour un tour du monde, il en ramena seulement 45 sur un seul bateau. Entre Magellan qui fit son tour en 1520 et Van Noort en 1600, le coût humain fut du même ordre. Les conditions de navigation n’avaient pas beaucoup changé.
L’épopée d’Olivier Van Noort, navigateur-flibustier, c’est celle des Hollandais qui veulent se découper une part du gâteau hispano-portugais. C’est aussi l’époque où la Hollande revendique son indépendance du puissant Philippe II, roi d’Espagne.
Le point culminant de cette intention est le combat de Van Noort avec le San Diego, navire amiral de la flotte espagnole coulé en 1600 aux Philippines, et retrouvé en 1995 chargé d’or et de porcelaines.
• Détaillons ce morceau de bravoure à fronts renversés :
Van Noort se présente en rade de Manille avec un brick, seul reste de son escadre. La présence hollandaise affole la petite colonie espagnole qui redoute une attaque imminente. En catastrophe, les Espagnols arment un navire de commerce, le San Diego sans même prendre le temps de décharger sa précieuse cargaison. Les canons de la forteresse son réquisitionnés et embarqués ainsi que 450 citoyens/soldats de Manille conduits par le vice-gouverneur Antonio de Morga transformé pour l’occasion en Grand Amiral.
L’imposant et lourd navire, (dont on peut encore aujourd’hui explorer l’épave délestée de son trésor), s’approche, canonnant et menaçant, du vaisseau de Van Noort. Littéralement mort de trouille au moment de l’abordage qu’il avait lui-même ordonné, le tout nouvel amiral lance des ordres contradictoires, menace ses hommes de mettre le feu aux poudres s’ils ne montent pas à l’assaut, fait exploser sa propre batterie et finit par couler comme un caillou encore accroché au pavois du hollandais médusé. Van Noort qui avait quelque peu riposté à ce contact inamical, se débarrasse des quelques grappins d’abordage, jette à la mer les cadavres de cinq Espagnols qui s’étaient invités à son bord et prend tranquillement le large.
Fort heureusement pour lui et sa postérité, l’amiral surnage avec quelques hommes et livre sa version des faits. Elle figure dans les archives espagnoles, mais ne correspond en rien à la version des autres naufragés et de Van Noort lui-même. Il en ressort que l’amiral improvisé a mis en fuite la flotte hollandaise. Action héroïque bien sûr puisque Manille a été sauvée au péril de sa vie !
Ce bref épisode belliqueux marque, sans fanfare, l’ouverture des hostilités pour le contrôle des routes commerciales de l’Asie et le début du déclin de l’hégémonie hispano-portugaise.
Francis Bergerac
• Images – Le San Diego, galion espagnol, la plus belle épave jamais découverte et Olivier Van Noort, premier circumnavigateur  hollandais et quatrième après Magellan.

1 Response to “Comment couler le San Diego… sans combattre”


  1. 1 COKELUNDE 7 août 2014 à 13:45

    sous différentes formes l’histoire se répète : voir le commandant du Costa Concordia invité à « conférencer » sur la gestion de la panique…
    Il y a toujours des « entendeurs » quelque part
    JP L


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :