L’albatros, seigneur des grands Caps (suite)

Décidément, le billet de Claude Briot sur la capture des albatros, suscite des réactions qui se complètent les unes les autres. En voici deux qui nous paraissent fort intéressantes.
• D’abord celle de l’ami Guy Quiesse.
Dans son ouvrage « Ceux des tempêtes », Alain du Manoir décrit la « pêche aux mouettes » sur un terre-neuvier. Balloté par la houle sur un plancher glissant, rejeté à chaque instant contre la rampe métallique de la poupe, il tient à deux mains un fin cordeau d’une vingtaine de brasses, armé d’un hameçon triple. Près de l’hameçon, un fin fuseau de liège est habillé d’une « molette » (œsophage) de morue ou d’ânon, leurre que les oiseaux prendront pour un déchet tombé du pont d’autant mieux qu’un petit mousse (13 ans) jette de temps à autre des morceaux de foie dont les mouettes sont particulièrement friandes.
• Ensuite celle de Marc Minni.
La pêche aux oiseaux de mer est une tradition ancrée chez les Gens de Mer. Sur les bancs, les Terre-Neuvas, se livraient à la pêche aux « Dadins », sorte d’oiseau de mer ressembant à une mouette et qui se dépouillait comme un « longues oreilles » (1) . A l’arrière du navire, l’on filait un petit grappin en bois, gros et long comme un stylo sur lequel étaient fixés 4 hameçons à 90° au bout d’une ligne longue et fine. Pris par le bec, l’oiseau vole presque à la verticale tel un cerf-volant. En donnant du mou à la ligne, l’oiseau retombe à l’eau et vous l’amenez tranquillement à bord. Les bestioles étaient suspendues à un hauban pour assurer le repas de minuit. Cette pêche était pratiquée autant sur les goélettes que sur les chalutiers, mais cessa avec l’arrivée à bord des bateaux d’une nourriture saine et variée.
• Et puis, nous y ajouterons notre propre grain de sel ; savez-vous que le nom du volatile viendrait du portugais alcatraz (pélican) que les Anglais auraient transformé en albatross (deux S). C’est sous ce nom qu’il apparaît dans le tome 1 de l’Encyclopédie qui le définit comme oiseau aquatique du Cap de Bonne Espérance. Il y eut controverse entre spécialistes, certains le confondant avec un autre oiseau, plus petit, de couleur noire, alors que l’albatros est blanc.
Au passage, n’oublions pas Baudelaire (1821-1867) qui lui a consacré un célèbre poème se terminant par ces mots :

(… ) Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Cyrano

(1) Un « longues oreilles » : animal dont le vrai nom n’est jamais prononcé par les Gens de Mer ; synonymes tolérés : la bête à poil, le cousin du lièvre, tu-sais-qui, etc. Grand amateur de carottes, il est aussi très prolifique. Je l’aime bien, surtout en gibelotte… 

Publicités

1 Response to “L’albatros, seigneur des grands Caps (suite)”


  1. 1 Jacques FALLARD 23 juillet 2014 à 07:07

    Je pense tout de suite à la célèbre prison……
    Elle fut nommée ainsi par les Espagnols car elle servait de refuge à de nombreux pélicans (alcatraces, en espagnol ancien emprunté à l’arabe al-quatras, aigle de mer)
    bon ok c’est un copié-collé de « oui qui pédia »
    Jac


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :