Le beau langage : le ris à l’irlandaise

Sur les grands voiliers, lorsque le temps devient trop menaçant on s’active à serrer la toile promptement. L’affaire prend souvent l’allure d’une bagarre entre la voile qui bat dans le vent et les gabiers tentant de la maîtriser.
Les mots ne sont pas innocents ; d’abord ils l’étouffent pour lui couper le souffle, puis ils l’étranglent pour la maîtriser. Mais parfois, dans l’urgence il faut abréger le combat, alors, ils l’éventrent au couteau, déchirant le sein de la voile qui part en lambeaux. Cette pratique extrême (et rare) est dite prendre un ris à l’irlandaise.
Pardon à nos amis Irlandais…

1 Response to “Le beau langage : le ris à l’irlandaise”


  1. 1 hays 11 juillet 2014 à 20:03

    Comme toujours le parler de marin,est un très beaux parler,je me souvient l année dernière pour la journée du patrimoine,aux musée maritime de la Rochelle on nous avait de ne pas parler marin,car les visiteurs ne nous comprenais pas.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :