Pseudo-Quiz n° 139 – Testez vos connaissances

Allez, puisque c’est l’été, voici une question vraiment pas difficile. Sur les morutiers des bancs de Terre-Neuve, chaque matelot avait sa spécialité. L’un d’eux était le gogotier. Quel était son travail ?
Pas dur, c’est dans tous les bouquins sur la grande pêche…
Réponse à la fin du prochain pseudo-Quiz.
• Réponse au pseudo-Quiz n° 138 du 23 juin : Le navire est appelé à naviguer dans la Voie Maritime du Saint-Laurent et les Grands Lacs canadiens en empruntant les systèmes d’écluses.
Lorsqu’une écluse n’est pas libre, il doit patienter à un poste d’attente dit « mur d’approche », non doté de lamaneurs. Ce sont donc des membres de l’équipage qui sont déposés sur le quai, via le tangon et une chaise de calfat, pour capeler les aussières sur les bollards. Bonjour la voltige !
Dans les années 60/70, les équipages français donnaient aux volontaires le surnom de ‘cosmonautes’.
Il était cependant possible, si le navire ne disposait ni de tangon ni… de casse-cou à bord, de commander une équipe de lamaneurs. Ouf !
• Un seul bon répondant : Pierre Debon. Bravo ! , il sauve l’honneur.

3 Responses to “Pseudo-Quiz n° 139 – Testez vos connaissances”


  1. 1 COKELUNDE 4 juillet 2014 à 15:28

    Le « gogotier » était chargé de récupérer les foies de morues dont on extrayait le « délice de notre enfance » censée nous donner force et vigueur !
    POUHA !!

    JP L

  2. 2 Gilles Weber 4 juillet 2014 à 19:18

    Le gogotier était un marin chargé de faire macérer les foies des morues pour en extraire la fameuse huile

  3. 3 patrick.macaire 4 juillet 2014 à 20:39

    Ha ben, puisque vous en parlez:

    Je cherche l’air du  » Credo du gogotier  »
    écrit par « l’oncle à Petit Jean, un cap’tain du Grand Banc »(sic) -: Joseph Eugène Recher- oncle du capitaine Jean Recher – (Le grand métier -ed Terre Humaine pour les ceusses qui connaissent point et page 428 pour les aôtes)

    Ca commence comme ça :
    1,2…

    Sur le bateau qui se balance
    Tirant à l’arrière son chalut
    Pendant que les hommes en cadence
    Ebreuillent et tranche la morue
    Pendant que les mousses chantent et rient (sic)
    S’exhale un doux parfum d’amour
    Provenant d’la gogot’rie
    C’est là que j’ai passé mes plus beaux jours.

    (Propos n’engageant que son auteur et certainement son sens du second degré)

    Quoi qu’il en soit un authentique chant de bord récent (pêche arrière) qui mérite à mon sens d’être re chanté comme il se doit.

    Dans la catégorie chants à faire de l’huile ?!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :