La semaine littéraire d’Escales Maritimes (fin)

 CLAP DE FIN

Ainsi s’achève la Semaine littéraire d’Escales Maritimes.
Le choix des auteurs est strictement personnel. Je l’assume entièrement. A part Rachilde (que, bien entendu, je n’ai pas connu) tous sont des amis. Je leur dois beaucoup d’émotions, de plaisirs…
Je les remercie tous en bloc : Rachilde et Jean-Pierre Abraham qui voguent sur d’autres mers, et aussi Alain Boucher, Henri Bourdereau, Pierre Livory, Guy Quiesse, et mon vieux complice Christophe Verdier, l’aquarelliste de Plestin-les-Grèves.
Je souhaite vraiment que vous ayez apprécié.
Maurice Duron

••••••

EXTRAIT DE « LETTRES DU PACIFIQUE »

Alors, il chantait, car personne ne pouvait l’entendre. Pourquoi se souvenait-il toujours d’une seule chanson alors qu’il devait bien en chanter d’autres ? Elle parlait des condamnés qu’on exécutait toujours à l’aube « C’est à l’aube… c’est à l’aube… ». Peut-être parce que c’était plutôt les quarts blèmes du lever du jour qui l’inspiraient ? Mais maintenant, en dehors de ce refrain il ne retrouvait plus d’autres paroles.
Dupuis, lui, fredonnait quelque chose de plus gai. Une rengaine à la mode qui devait beaucoup se jouer dans les bals de Paimpol. Servier se souvint que lors d’une autre traversée, il l’avait trouvé muet mais se trémoussant sans arrêt avec parfois de curieux glissements de pied ; il pensa qu’il avait envie de pisser et l’avait invité aimablement à descendre.
– Non merci Cap’taine…
– Alors qu’est-ce que vous avez à vous remuer comme ça… vous avez mal quelque part ?
– Mais non, Cap’taine…
Il hésita :
– Y a qu’on est dimanche et à l’heure qu’il est là-bas, y a p’tit bal du samedi soir à Paimpol… alors vous comprenez…ben…  je m’imagine en train de guincher. Là-bas.
C’est vrai qu’on était dimanche 5 heures du matin à bord, mais samedi 7 heures du soir à Paimpol. A bord, ils étaient tous très rodés aux changement de fuseaux horaires.
Et il dansait ; son imagination fonctionnait à plein régime. Il était là-bas, probablement dans le Hangar à sel qui, inutilisé depuis qu’il n’y avait plus de terre-neuvas, avait été transformé en salle des fêtes. Et il dansait…
• Lettres du Pacifique, Henri Bourdereau, MDV Editeur 1998.

 

Publicités

3 Responses to “La semaine littéraire d’Escales Maritimes (fin)”


  1. 1 Pierre Livory 19 avril 2014 à 18:54

    Pour moi ce fut une riche idée que ce choix de « Semaine Littéraire ». Je fus flatté d’être admis à côtoyer des « collègues » célèbres dont les extraits furent si bien choisis ! En ce qui concerne « Traits de Jupiter » la bouteille a bien pété où il fallait. Merci !

  2. 2 Jean-louis Dauga 19 avril 2014 à 23:07

    Après un moment suspendu de silence…
    on applaudit
    au clap de… faim !

  3. 3 COKELUNDE 22 avril 2014 à 10:10

    Ayant été absent quelques temps je découvre maintenant cette excellente initiative.
    BRAVO !! & félicitations pour les choix de textes magnifiques.
    Merci beaucoup Maurice.

    JP L


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :