Ah ! Le patrimoine maritime… hivernal (2ᵉ partie)

1TerraindeJeu• Carte postale du Québec – Reprenons. La 60e édition de la course en canot à glace du carnaval d’hiver de Québec s’est tenue le dimanche 9 février dernier. Les quais sont envahis de spectateurs : 2Traverseenous verrons et comprendrons mieux depuis la promenade des Gouverneurs, sur les hauteurs de Québec.
• Sur la photo intitulée Le terrain de jeu, nous voici rive ouest (qu’on appelle ici rive nord !), vue vers le nord-est. En arrière-plan lointain les Laurentides ; en plan 3Retourintermédiaire, à gauche, la côte de Beaupré, et à droite l’île d’Orléans ; au premier plan à droite la pointe de Lévy, à gauche le « quai des croisières », partie du port de Québec près d’où commence la course, puis le quai de la traverse de Québec. Le pays est trop vaste pour entrer dans une seule image : l’autre quai de la traverse, à Lévis, est juste là, à l’extrême droite de la photo. Mais l’essentiel est au centre de la vue ! LE fleuve ! LE terrain de jeu ! Il fait -10°C et grand bleu, la mer est au début du flot (le courant de marée, encore lent, vient sur nous : détail important pour interpréter les stratégies des canotiers), très légère brise du nord-ouest.
La course est un contre-la-montre en triangle d’environ trois kilomètres. Les équipages appareilleront du bassin Louise, espace portuaire abrité, au pied de la tour beige à gauche. Ils remonteront environ 800 mètres vers le sud en rangeant le quai des croisières, à toucher une balise accrochée au pavois du traversier (au-dessus de l’édifice à miroirs, amarré, ponts rouges). Puis, ils traverseront vers Lévis à l’est sur environ 1 000 mètres, à toucher leur balise crochée au flanc de l’autre traversier ou ailleurs au quai, et retraverseront enfin vers Québec sur 1 200 mètres, rentrer au bassin. La classe Élite Masculine fait deux tours. Bien sûr, le trafic maritime est interrompu sur le fleuve à cet endroit. Trois classes prendront le départ, décalées d’environ quinze minutes pour éviter les abordages : au plus fort de la course, ils seront plus de cinquante embarcations sur le fleuve. Le terrain de jeu est grand, mais tout de même.
• Sur la deuxième photo, La traversée, 13 h 30 ! les treize équipages de la classe Élite Masculine sont à flot. Manière de raconter : le courant est pour eux mais la glace empêche. On amène les avirons, on débarque ; un genou à bord, une jambe dehors, et pousse matelot ! Sport extrême, unique ! Leur première marque touchée au traversier à Québec, les équipages traversent maintenant vers Lévis. Ils cherchent – mais eux sont au ras de l’eau, et on n’y voit guère… – les saignées dans la glace, vers le nord et l’est (à cet endroit, le fleuve court presque nord-sud), en calculant et estimant savamment leur dérive de courant de marée et au vent, pour aborder au mieux. Ces Élite Masculine seront les premiers à toucher leur deuxième marque, au traversier à Lévis. Courent aussi cette année douze équipages Élite Féminine (oui, oui, les filles !) et vingt-sept canots en classe Sport, embarquant aussi des femmes. Chaque classe a sa propre marque sur la rive est (qu’on appelle la rive sud ici, mais bon, j’arrête…) parce que ça devient un peu la foire tout à l’heure, dans une vingtaine de minutes, quand tous les équipages finissent par aborder presque en même temps. Ces canots dans la glace, avirons à poste, ça ne se manœuvre pas comme une Polo ou une Deuche !
• Sur la troisième photo, Le retour, ils sont si petits sur tant de glace et d’eau. Courant, vent, glissades, chutes, glaces, blizzards locaux, pieds à l’eau, rien ne les empêche de rentrer, à tout rompre ! C’est si vite passé. Les résultats de cette course : Élite Masculine, entre 51 et 68 minutes pour les 6 000 mètres des deux tours* ; Élite Féminine, entre 35 et 44 minutes et Sport, entre 30 et 75 minutes pour les 3 000 mètres.
Au Québec, on a la mémoire maritime un peu courte. En revanche, on sait quoi faire de nos hivers et les spectateurs ont intérêt à arriver sans retard à l’heure du départ, au risque rater le spectacle !
Alain Boucher, le Rédacteur
* environ 3 nœuds !

0 Responses to “Ah ! Le patrimoine maritime… hivernal (2ᵉ partie)”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :