Les caliers, ces marins du crépuscule

Les caliers exercent leur activité dans les cales. Ce sont des marins expérimentés, intelligents, choisis parmi les hommes mûrs ; ils passent tout leur temps dans les profondeurs des vaisseaux où ils travaillent, mangent et dorment ; ils ne voient jamais (ou très rarement) le soleil…
• Leur boulot consiste à fournir de jour comme de nuit, à la demande, tout ce dont le vaisseau peut avoir besoin : cordages, charbon, apparaux, planches, outils, armes et boulets, etc. Ils sont constamment actifs, connaissent parfaitement les soutes, puits et réserves où sont stockés ces objets tellement dissemblables. Ils les retrouvent sans peine, (malgré un éclairage plus que parcimonieux), et les manipulent adroitement dans les coursives et entreponts encombrés.
• Les caliers sont des marins à part, qui vivent dans l’obscurité permanente, respirent un air rare, puant, poussiéreux ou humide ; beaucoup contractent des maladies étranges. Les mœurs des caliers sont évidemment très différentes de celles des gabiers voltigeant dans la mâture, ils sont taciturnes, renfermés, mais obligeants et causeurs à l’occasion.
Les caliers sont appréciés. Quand ils se hasardent sur le pont, ils demandent des nouvelles du voyage, comme s’ils n’en faisaient pas partie ; ils sont  accueillis par les matelots, comme une vieille connaissance, un peu oubliée, et qu’on est content de revoir.
Leur relation permanente avec les choses de la nuit, en a fait sinon des devins, au moins des diseurs de bonne aventure, entendant les sciences occultes ; un peu guérisseurs, rebouteux d’occasion, ils sont souvent consultés avant le médecin du bord.
Aramis

Publicités

2 Responses to “Les caliers, ces marins du crépuscule”


  1. 1 Francis Bergerac 26 février 2014 à 13:03

    Je découvre les caliers et avec eux un aspect important de la vie du bord. Merci. Étaient-ils également chargés de répartir et d’arrimer la cargaison dans les soutes. Opération cruciale pour la sécurité et les performances du navire ?
    Beaucoup de plaisir aussi à lire ce billet pour la qualité de son écriture.

  2. 2 escales maritimes 26 février 2014 à 14:48

    Merci Francis. Je ne pense pas que les caliers étaient chargés de ce travail ; c’était d’avantage de la responsabilité du second capitaine, mais je crois (je dis bien « je crois ») qu’ils devaient veiller à ne pas déséquilibrer le bâtiment en déplaçant des charges.
    Aramis


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :