Quand les aménageurs se moquaient de la mer

img-3Alors que l’hiver n’est pas terminé et que les coups de torchon se succèdent un peu partout (on attend aujourd’hui des vents de 130 km/h en Bretagne), beaucoup de  gestionnaires de grands ports de plaisance font comme si ces problèmes n’existaient pas.
• Port Camargue par exemple, présenté comme le 1er port de France (premier en nombre de places : 5 000 !) a été creusé dans des sables émergeant à peine de la Mer. Gigantesque, inhumain, entièrement artificiel, il est battu par des vents et des courants qui l’ensablent régulièrement. Tellement même que des opérations de dragage hors du commun commencent ces jours-ci. Mais toute la pointe de l’Espiguette (où ne poussait naguère que de la vigne) est en zone potentiellement submersible. En 1997, une tempête a percé un grau (ouverture dans la dune) qui aurait dû alerter les autorités. Nos anciens qui savaient les risques n’y construisaient point. Les aménageurs modernes n’en ont tenu aucun compte.  La part de linéaire côtier artificialisé est passée de 0 % en 1960 à presque 50 % en 1990.
Aujourd’hui…
• Sans jouer les oiseaux de mauvais augure, il est permis de rappeler, une fois de plus, aux Pouvoirs publics, gestionnaires, municipalités, exploitants touristiques, etc. cette banalité cent fois répétée : Quoi que vous y fassiez, la mer sera toujours la plus forte… C’est avant qu’il fallait y penser.
Porthos
• Image – Envahissement des terres basses après la tempête de 1997. (Source : Service Maritime et Navigation Languedoc (SMNLR) 1997).

2 Responses to “Quand les aménageurs se moquaient de la mer”


  1. 1 COKELUNDE 4 février 2014 à 18:03

    Et ils remettent en cause la loi littorale !!!!
    JP L

  2. 2 Quiesse Guy 5 février 2014 à 09:30

    Les responsables de ces constructions, poches ouvertes, savent qu’avec un peu de chance le saucisson sera pour leurs successeurs et que dans notre beau pays, on ira pas les chercher dans leur retraite plus ou moins dorée… Il paraît d’après ceux qui n’en sont pas revenus, qu’en enfer, le Diable leur fait bâtir des digues contre la stupidité, lesquelles se détruisent au fur et à mesure de l’avancement des travaux, et qu’avec Sisyphe ils doivent continuer, sous peine de recevoir un coup de fourche où je pense, ce qui hélas on a pas été fait sur terre… ni sur mer.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :