Peu à peu, la mer ronge la France

FALAISES-630x0Les images spectaculaires apparues ces jours-ci sur les médias (dont Escales) ne doivent pas nous faire oublier un phénomène  dramatique : la mer dévore notre littoral ouest. C’est largement dû à l’élévation du niveau des eaux, au changement climatique et à des interventions humaines négligentes. La mer gagne sur les plages et sur les falaises calcaires ; au total ce sont 1 700 km de côtes qui reculent…
• La région la plus menacée est l’Aquitaine, suivie du Poitou-Charentes, les Pays-de-la-Loire et la Bretagne (Pays Bigouden). Cela fait un sacré linéaire… En Aquitaine, la côte sableuse longue de 238 km, recule ainsi en moyenne de 1 à 3 mètres par an et parfois de 6 à 10, menaçant nombre d’habitations et autres constructions. La Loi littoral et ses 100 m inconstructibles, est très médiocrement appliquée. La mer se rapprochant des maisons, des maires et des préfets un peu trop « compréhensifs » risquent d’avoir des comptes à rendre.
• L’érosion des côtes est un phénomène naturel, connu et amplifié par les interventions humaines, tels les ports, digues, enrochements, etc. Ceux-ci bloquent les mouvements des sédiments mobiles portés par les courants marins. Par ailleurs, la canalisation des fleuves et les barrages, empêchent les sédiments terrestres d’atteindre la mer. Ce qui est pris d’un côté n’est pas remplacé de l’autre… Conséquence : les risques de submersion sont en hausse. Cité par Le Monde Patrick Bazin (1) déclare « Avant, quand les tempêtes touchaient la côte, elles inondaient surtout des marais ou des zones agricoles ; aujourd’hui, l’urbanisation en dur s’est accélérée sur le littoral, ce qui a accru les risques d’inondations des habitations et des équipements. En clair, les requins de l’immobilier ont construit n’importe quoi, n’importe ou…
Aramis
(1) Responsable du Département de la gestion des sites du Conservatoire du littoral.
• Image – Criel-sur-Mer, en bordure de la falaise ; hum…

Publicités

1 Response to “Peu à peu, la mer ronge la France”


  1. 1 dh 1 février 2014 à 19:36

    J’ai très envie de rappeler que la Gironde et les Landes, infestées de malaria étaient de vastes zones humides, que Nicolas Brémontier (parmi d’autres) contribua à assainir en y plantant des pins afin que nos classes dirigeantes, peu de temps après quelques générations de tuberculeux, puissent profiter de l’air pur, du soleil, et enfin de quelques aménagements portuaires !
    On peut imaginer que si, entre autres, Arcachon venait à disparaître, la droite locale et les aménageurs trouveraient d’autres exils dorés et détaxés. Ils ont déjà quantité de fers au feu… Quand au peuple il pourrait défricher de nombreux territoires que la mer mettra du temps à conquérir. Il se dit que l’Allemagne se dépeuple…
    Ah ! on se moquait naguère des migrations climatiques et bien dansons maintenant !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :