Le beau langage : la galère mouillée « en joli »

Sur les galères du roi, et jusqu’au XVIIIᵉ siècle, le langage des marins est fort différent de celui des vaisseaux du Ponant. Il n’en est pas moins riche. Ainsi disait-on d’une galère convenablement mouillée sur son ancre (son fer) et bien posée dans ses fleurs, qu’elle était « en joli ».  Belle formule qui caractérisait l’élégance du bâtiment, rames rentrées, voiles ferlées et étendard flottant au vent. (On disait « rame » et non « aviron »).
Toutefois, une galère en joli n’était pas à confondre avec une galère  en jaloux, vocable bien différent, qui s’applique à celle qui a une propension à rouler exagérément. On peut pourtant penser qu’une galère en jaloux à la mer pouvait être en joli au mouillage…

Publicités

6 Responses to “Le beau langage : la galère mouillée « en joli »”


  1. 1 cornou Georges 23 janvier 2014 à 19:13

    bien beau, le beau langage des galères ! mais ne pas oublier les galériens , volontaires et surtout non « volontaires  » les huguenots des Cévennes ou du Poitou et tous les raflés par les argousins du roi (mendiants , vagabonds et pauvres héres des ports et des campagnes voire « shangaïés » dans les ports …..) Lisez donc ou relisez les mémoires de Jean Martheil,parpaillot et galérien du roi soleil ! édifiant !

  2. 2 Pierre Livory 23 janvier 2014 à 19:18

    Belle rubrique. Que les Bons continuent de l’alimenter, s’il vous plaît !

  3. 3 Jakez 23 janvier 2014 à 20:35

    D’accord Georges, sans oublier les faux sauniers et les contrebandiers….

  4. 4 BernardB-ATM 24 janvier 2014 à 07:47

    je vous fais passer les précisions apportées par notre ami Bernard REMUZAT patron de la Bonne Mère et très bien documenté sur notre Méditerranée et sa (vivante) culture maritime
    En complément: « Mettre en joly, c’est lorsque la galère est amortie ou sans mouvement, et qu’elle demeure par un temps calme dans le même endroit avec les rames fournelées  » (Les ouvrages du Sieur Debenat Marseille 1721)

  5. 5 REMUZAT Bernard 24 janvier 2014 à 14:18

    Je remercie Bernard B de me servir de porte-parole et j’ajouterai quelques précisions sur le terme provençal « en joli « .
    En aucun cas,un bâtiment « en joli » est au mouillage,il est stoppé et sans erre.Ce terme « en joli  » (avec l ‘accent tonique sur le o ) est encore connu des pêcheurs provençaux (les plus vieux ) car il était employé dans la pêche au thon et il désignait ces poissons lorsqu’ils n’avançaient pas et semblaient se prélasser amoureusement .

  6. 6 escales maritimes 24 janvier 2014 à 15:02

    C’est, semble-t-il, abusivement que les auteurs ont considéré qu’un navire stopper était mouillé sur ancre.En tout cas, la précision mérite d’être notée. Merci de nous l’avoir signalée.
    Escales


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :