Le beau langage : avoir des fleurs de bonne coupe

On disait jadis d’un navire gracieux à regarder, qu’il a des fleurs de bonne coupe. Cela signifie qu’il est bien posé sur la mer, son assiette est convenable. Les fleurs en question, correspondent à la ligne dessinée par l’eau à la flottaison (à fleur d’eau) ; si elle est conforme à celle prévue par l’architecte, le navire est dit dans ses fleurs et si, de surcroît, la ligne est élégante on dit qu’il a de belles ou bonnes fleurs. Belle expression pour définir un phénomène physique peu poétique …
Remarquons au passage que caréner se disait jadis florer une carène, qui est un autre et joli vocable…

7 Responses to “Le beau langage : avoir des fleurs de bonne coupe”


  1. 1 Pierre Livory 16 janvier 2014 à 13:09

    Merci ! C’est toujours très émouvant le beau langage oublié.

  2. 2 Criss 16 janvier 2014 à 18:48

    Bien posé sur l’ eau: c’ est tout dire. Exemple les peintures de Marin-Marie dont le talent et le sens marin « posent » toujours ses navires avec des fleurs de bonne coupe mais aussi avec de bonnes fleurs car il choisissait toujours bien ses modèles. Idem pour l’ Etoile et la Belle-Poule toujours à l’ aise quelque soit l’angle de prise de vue. Un peu dommage par contre pour le Marité avec sa ligne trop large et dont le bleu retenu manque un peu de poésie…sur la mer.

  3. 3 escales maritimes 16 janvier 2014 à 19:26

    Merci pour cette appréciation ; Monsieur est un connaisseur…
    Escales

  4. 4 de Cayeux 16 janvier 2014 à 21:51

    merci de fleureter ainsi ! si beau !
    Je connaissais la ligne de science !
    Mais où trouves tu cela !
    J’espère que tu en as en réserve.

  5. 5 JL Dauga 17 janvier 2014 à 19:49

    « Florer »… c’est joli !
    Est-ce que ce ne serait pas, pour une carène, un peu « refaire une virginité », le contraire de déflorer en quelque sorte ?

  6. 6 JFH 19 janvier 2014 à 10:16

    avec pour couronnement un beau teint fleuri

  7. 7 escales maritimes 22 janvier 2014 à 13:33

    M D
    En consultant le Dico de Bonnefoux et Paris je vois que le suif dont on badigeonnait les carènes était appelé « flore » et que le carènage se disait « florer une coque ». Rien que des mots fleuris…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :