Les escales du banc des menteux

• Où Kerdubon nous raconte une histoire belge et vélocipédique – Accusé d’avoir laissé fuir mes passagers clandestins dans l’écluse Royer à Anvers, j’étais particulièrement pisté par la Police et la Douane belges. Ainsi, je ne fus pas très étonné lorsqu’à deux heures du matin on tambourina à la porte de mes appartements en criant : « Ouvrez police… Gendarmerie Royale ! » Que s’était-il passé ? Habillé à la hâte, j’ai accompagné ces messieurs en uniforme. Ils avaient menotté un de mes matelots et m’entraînèrent au salon.
– S’ils avaient pu te coincer dans un trafic de drogue, ils auraient été heureux !… dit « Le pipeux » habitué du banc des menteux, qui étrennait une bouffarde neuve avec du tabac de contrebande.
Comprenant le message puisqu’ils s’installaient autour de la table, j’ai demandé à mon maître d’hôtel également éveillé, d’apporter des verres et une bouteille de whisky. Du meilleur une fois !… dit le gros rougeaud sûrement chef…  par ce temps glacial, un p’tit verre n’est pas de refus, d’autant plus que cette fois c’est cet homme et non vous le coupable… alors on peut naturellement trinquer ensemble ! Fikri, un matelot du navire Barroquin que je commandais, tout penaud nous regardait en coin. Tandis que cul-sec pour le 3ᵉ verre à suivre, les policiers et gendarmes au nombre de cinq se taisaient, je l’interpellais :  Quel crime as-tu commis ?  Ce fut un brigadier qui me répondit : Nous l’avons coincé au bout du quai, il venait vers le navire en pédalant sur une bicyclette sans lumière savez-vous ?… l’amende pour circulation avec défaut d’éclairage peut lui coûter cher !… Mais on est humains, on peut arranger cela !… Je fis signe au maître d’hôtel d’aller chercher une caisse de jus d’Ecosse qu’ils se partageraient. Ils burent encore quelques verres, récupérèrent leur paire de menottes, et nous nous sommes quittés… bons amis. Toutefois avant de regagner ma couche,  j’ai demandé au matelot : Pourquoi n’avais-tu pas mis la dynamo elle ne fonctionnait pas ?…
– Si, mais je ne voulais pas me faire repérer pour revenir de la ville c’est là que j’avais volé  le vélo ! »
– Tel est beaux Messieurs mon rapport relatif aux propos ouisquiteux de Kerdubon.
Signé : Planchet

1 Response to “Les escales du banc des menteux”


  1. 1 nicoledl 9 janvier 2014 à 20:02

    Excellent !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :