Versailles port de mer ; tel est notre bon plaisir…

image001A trop s’éblouir en regardant le Roi Soleil, on perd de vue ce que fut réellement Versailles. Pour la marine, aucun vestige hors quelques tableaux et dessins, des états de gestion et ordres d’intendants ne nous sont parvenus.
• Autour de 1680, au lieu-dit « La Petite Venise » dans les jardins et sur le Grand Canal, s’activaient les meilleurs charpentiers, calfats, gréeurs, sculpteurs, peintres-décorateurs, matelots, officiers de manœuvre d’Europe.
Les arsenaux de la petite Venise ont aujourd’hui totalement disparus, les cales d’assemblage des coques et bien sûr les bateaux eux-mêmes : Vaisseaux et frégates réduits au quart, galères, réales et gondoles de Venise (offertes par le Doge), yachts anglais (n’oublions pas que les premiers bateaux de plaisance sont apparus à la cour d’Angleterre), navires marchands hollandais, galiotes, brigantins, felouques, tartanes, barques napolitaines, chaloupes, yoles, pilotes et canots.
De mauvaises langues disent encore aujourd’hui que Louis XIV, jamais à court de grandeur, ne servait en cela que sa magnificence. C’est vrai, mais en partie seulement, le but caché de ce que l’on appelait dans ce siècle « la petite marine » ou « la flottille du Grand Canal » nous a tout simplement échappé. Aux balcons du pouvoir royal, s’étendaient à Versailles le plus prestigieux des bureaux d’études de la marine française et une sorte de bassin des carènes avant l’heure, le Grand Canal.
Colbert et plus tard Louvois allaient sans scrupules y importer les meilleurs savoir- faire en architecture et construction navale de l’époque, allant les chercher là où ils se trouvaient : Angleterre, Hollande, République de Venise. Cela s’appelle aujourd’hui du renseignement économique.
• Les bateaux arrivaient par la mer, remontaient par le fleuve de Rouen à Marly, puis étaient « mis en fagots » disait-on alors, pour être acheminés en charrette et réassemblés sur les berges du Grand Canal. Et si les morceaux ne passaient pas les grilles, on démontait les murs d’enceinte du parc pour les y faire entrer. Ce fut le cas pour les yachts venus de Portsmouth.
• Tirés vers le haut par la grandeur royale, les meilleurs ouvriers des arsenaux du Roi à  Dunkerque, Brest, Rochefort et Toulon construisirent en kit et à l’échelle les vaisseaux et frégates qui plus tard serviront de « modèles » à la flotte de sa Majesté.
• Avant la Petite Venise, les savoir-faire artisanaux se transmettaient par voie orale. A chaque fois l’on réinventait. A Versailles, on passe par l’étape du « prototype de définition » afin de décliner ensuite et en conformité les grands vaisseaux et les frégates de la Royale. Ainsi du « Grand Vaisseau » et de la frégate expérimentale conçue par le comte de Tourville,  dont les canons eux-mêmes à l’échelle du quart, tiraient de vrais boulets.
Autre rupture avec la tradition, la gestion des personnels. A une époque où les charges et emplois s’obtenaient par la protection des puissants et se transmettaient dans les familles, c’est la compétence qui est privilégiée. A la Petite Venise, on ne se prive pas de licencier pour incompétence le gondolier Velaci pourtant envoyé par le Doge avec sa gondole dorée.
Les meilleurs ouvriers viennent de toute l’Europe, les salaires des personnels attachés à la flottille y sont deux à trois fois supérieurs à ceux des musiciens du roi. Les ouvriers des arsenaux jouissent à la petite Venise de conditions de vie très favorables : nourris, logés avec leur famille et vêtus comme à la cour.
Fermons un instant les yeux, nous sommes dans la Galerie des glaces et au bout de la perspective de Le Nôtre contemplons… la flottille du Grand Canal.
Francis Bergerac
• L’image est petite hélas, mais en agrandissant un peu, on entrevoit le monde insolite de la Petite Venise. C’est assez étonnant.

Publicités

0 Responses to “Versailles port de mer ; tel est notre bon plaisir…”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :