La Plaisance bouge… oui, mais dans quel sens ?

Pen DuickDSCN3576La perception du rétrécissement de la plaisance est physique au Salon cette année. Contraction de sa surface globale dont on diminue l’effet visuel par des tentures pour éviter l’impression de flottement dans le grand hall. Puis, nouvelle contraction de la voile de croisière, celle que nous aimons, dans ce périmètre déjà fort réduit. Jusqu’à maintenant; je m’étais dit, c’est la crise, ça va repartir. Cette année, ça saute aux yeux, le problème est plus profond. Il est sans doute inutile de rêver au retour de temps révolus mais il est urgent de regarder les choses en face si l’on veut encore voir des voiles à l’horizon.
Je cite en vrac deux ou trois thèmes. Il y a la question des ports toujours perçus comme saturés. En dehors de quelques exemples de plus en plus rares cette perception est fausse. Il y a l’arrivée massive sur le marché de bateaux d’occasion qui pourraient, compte tenu de la longévité de leur construction, connaître une nouvelle vie. Il y a aussi l’arrivée de nouvelles formes de partage de cet investissement lourd qu’est un bateau pour un seul propriétaire. Les bourses d’équipiers disparaissent et, grâce aux nouveaux sites internet, on voit apparaître des sites de partage de projets. La location change de forme et se diversifie. Il y aurait sans doute matière à réflexion, suivie d’incitations. Mais je ne vois plus dans le paysage actuel qui peut redonner de l’air à notre belle plaisance.
Francis Bergerac
• Image – Pen Duick 2, témoin d’une autre plaisance, aujourd’hui en voie de disparition…

3 Responses to “La Plaisance bouge… oui, mais dans quel sens ?”


  1. 1 SPITERI Joseph 12 décembre 2013 à 12:03

    Que de saines vérités bien exprimées dans un constat très alarmant, en attendant de devenir dramatique.

  2. 2 de WOLBOCK Bruno 12 décembre 2013 à 23:45

    La moyenne d’âge des propriétaires de voiliers en en berne. Les jeunes se détournent de plus en plus vers des plaisirs nautiques différents et moins onéreux (planches, kytes-surf, dériveurs rapides, petits day-boats, petits croiseurs en location à la journée ….) Pourrait-on imaginer un partage des bateaux en « covoilurage », ou une vraie bourse d’équipiers pour naviguer avec ceux qui ont de vrais bateaux, mais qui ont réellement besoin de sang frais pour wincher, et pour transmettre la passion le soir à l’escale, dans un carré chaleureux où le temps s’arrête avec de vrais récits d’embruns, de traversées aussi épiques que vécues? Naviguer enfin avec de vrais héros qui berceront nos rêves encore et encore…

  3. 3 escales maritimes 13 décembre 2013 à 10:31

    Pourquoi pas Bruno, mais a-t-on vraiment besoin de « héros » ? Un artisan pêcheur, un pilote, un capitaine de rencontre peuvent aussi bien faire l’affaire.
    M D


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :