Les escales du banc des menteux

image002Où le Cap Bon se révèle un cap de merde – J’avais un mauvais temps d’Ouest normal pour la saison. Avec mon chargement de phosphates embarqué à Gabès, je me trouvais à l’abri de la côte Tunisienne que je longeais de près en remontant vers le nord pour doubler le Cap Bon. Mon équipage était une bonne représentation du Bassin méditerranéen, de l’Egypte au Maroc pour les sudistes, de Malte à la Sardaigne pour les nordistes, je l’aimais bien. Le navire tournait comme une horloge. Le vent et la mer nous ont assaillis entre Sousse et Nabeul. Derrière le petit golfe de Hammamet, nous n’avions pas de houle donc pas de roulis. Les nerveuses vagues du vent en claquant contre le bordé bâbord, saluaient les grains qui nous cinglaient le visage dès que nous mettions le nez hors de la passerelle. Le bulletin météo de Tunis radio, fut suivi de télégrammes. L’un d’eux m’ordonnait d’ « accélérer, avec prière de donner dès Finisterre un ETA optimiste » (sic). Il était hors de question de se mettre à l’abri, quand faut y aller… faut y aller ! Il me fallait affronter la furie au Cap Bon, lorsque le vent s’engouffre dans ce canal naturel. L’équipage savait qu’on allait affronter du très gros temps, et pris des mesures en conséquence. Le Chef est descendu vérifier que les prises d’eau du moteur étaient bien les prises basses… il ne fallait surtout pas désamorcer les pompes d’aspiration ! Le cuistot a rangé ses gamelles, le garçon calé sa vaisselle dans les casiers appropriés… on pouvait y aller, on en avait vu d’autres ! Nous avons passé Kelibia. Le phare du Cap Bon était en vue. L’horizon devant nous montrait que la mer était déchaînée. La nuit tombait d’autant plus rapidement que le ciel était « noir comme les choses à Taupin ». Un matelot Sarde était à la barre. Il murmurait. Feignant d’aller dans la chambre des cartes derrière lui, j’écoutais ce qu’il pouvait bien chantonner… et j’entendis une litanie ininterrompue de « Capo Bono… Capo Bono… Capo Bono ». Puis, je remarquais que s’il avait un œil sur son compas pour suivre sa route, il avait le regard le plus souvent tourné vers le phare. Parfois je le vis lâcher les manettes, joindre alors les mains et les agiter de haut en bas… Il suppliait ou… priait le phare !
– Ce Sarde connaissait la multitude de naufrages qui eurent lieu dans un pareil temps depuis l’antiquité !… compléta Jacques habitué du banc des menteux qui était un ex-pied-noir tunisien
– Toute la nuit, nous avons dansé. Brassés, secoués comme dans un panier à salade, nous avons lutté… comme la chèvre de Monsieur Seguin ! A l’aube, le phare du Cap Bon était seulement par notre travers bâbord, malgré mes tentatives pour tirer des bords et ne pas frapper la vague de face J’allais… comme biquette de Seguin renoncer et filer à l’abri derrière la côte du Cap Bon, lorsque enfin, j’ai vu lors d’un nouveau coup d’ongle sur la vitre du baromètre anéroïde, une tendance à la remontée ! Les vents ont sauté noroît, les vagues ont perdu de leur force, ce qui nous a permis de voir la grosseur énorme de la houle restante… Lentement, le phare du Cap Bon a commencé à disparaître dans notre dos. Mon Sarde, arriva tout guilleret. Avant de saisir la barre que lui laissait son prédécesseur, il est allé à la porte bâbord, a fixé le phare qui s’éloignait, et lui a fait un bras d’honneur en criant : « Capo Bono… Capo di mierda ! »
– Tel est beaux Messieurs mon rapport.
Signé : Planchet

1 Response to “Les escales du banc des menteux”


  1. 1 SPITERI Joseph 12 novembre 2013 à 10:36

    Magnifique rapport de mer. On pourrait se croire sur la passerelle. Et ceux qui peuvent comprendre et « apprécier » surtout quand ça va mieux, sont ceux qui ont serré les fesses, en souriant benoîtement pour essayer de faire croire aux autres que tout va bien.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :