Près de 100 km de conteneurs sur un seul bateau…

DCIM100GOPRORevenons une fois de plus sur les risques présentés par la course au gigantisme des porte-conteneurs. Initiée en 2011 par l’armement Maersk, la tendance n’a fait que s’amplifier ces deux dernières années. Les porte-conteneurs géants actuels de 18 000 EVP transportent  des volumes considérables difficiles à exprimer. (1) Dans une récente (et excellente)  chronique (2) André Tyl indique que le nombre des colosses  en commande, en cette fin 2013, serait de l’ordre d’une quarantaine.
La frénésie touche donc à la fois la taille et le nombre des méga bâtiments. Pour en estimer l’énormité, sachez que les conteneurs d’un 18 000 EVP, mis bout à bout, formeraient une chenille de près de 100 km…
Le même auteur cite le professeur de l’enseignement maritime H. Baudu qui avance des chiffres préoccupants. Selon lui, un PC de 16 000 EVP offre au vent une surface de « voilure » de 18 000 m² affectant sa capacité de manœuvre en chenal ou en accostage/décostage. En chenal par exemple, il est nécessaire de maintenir une vitesse de 9 nœuds par vent de travers de 50 nœuds. Au-delà de 30 nœuds de vent, les manœuvres de port deviennent très délicates, malgré les propulseurs latéraux ; il faudrait donc, d’après le professeur Baudu, mobiliser quatre remorqueurs par opération… si toutefois ils sont tous disponibles.
Et je ne parlerai pas des risques des accidents au large où il n’est pas certain que les remorqueurs de haute mer actuels puissent secourir ces bâtiments gigantesques par tous les temps. La simulation de sauvetage du Marco Polo (396 m) par l’Abeille Bourbon s’est parfaitement déroulée mais par un temps franchement favorable. Occasion d’y voir  la maîtrise du commandant Choquet et l’habileté de son équipage. Par fort mauvais temps, la Bourbon pourrait sans doute le faire, mais l’expérience n’a pas encore été faite.
Aramis
(1) La désignation  EVP est approximative ; elle concerne plusieurs types de conteneurs, celui  38,50 m³ étant le plus usité.
(2) « Le long Courrier », Septembre/octobre 2013.  

1 Response to “Près de 100 km de conteneurs sur un seul bateau…”


  1. 1 COKELUNDE 7 novembre 2013 à 15:19

    Quand facturera-ton le transport à son juste prix ? :
    j’ai acheté récemment en Normandie des oignons venant de ………………………………………………………………………………….Australie ????
    Il y a d’excellents maraîchers en Normandie.
    J’aurais compris qu’ils viennent de Bretagne dont c’est une spécialité, mais quel peut-être le bilan carbone du kg d’oignon dans ces conditions ? sans parler du prix que peut espérer gagner le maraîcher australien.
    Pas étonnant que les porcs bretons soient abattus en Pologne et que les abattoirs bretons ferment, laissant sur le carreau des milliers de travailleurs.
    Triste monde !
    JP L


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :