Le beau langage : tirer sur le bois mort

Beaucoup connaissent cette belle expression mais pas tout le monde…
Celui qui tire sur le bois mort propulse une embarcation à la force de ses bras par l’intermédiaire d’un ou deux espars dont une extrémité ressemble à une pelle à tarte. Vous voyez, l’objet.
Mais le langage maritime, toujours pointilleux en matière de terminologie introduit plusieurs nuances  quant à son usage.
Ainsi, un marin breton ne rame jamais, pour la bonne raison qu’il n’utilise pas de rames, mais seulement des avirons ; ce faisant, il nage. Tous les marins du Ponant nagent… (d’ailleurs parler de rame porte malheur !).
Dans les eaux du Levant, ça change, le pescadou provençal utilise bien des rames mais il ne nage pas, il vogue… Ah ! Les galériens de jadis voguaient, soit pour aller au casse-pipe, soit pour pallier le manque de brise.
Restent les canotiers du dimanche, ceux qu’on voit sur les toiles des impressionnistes, ou les pêcheurs à la ligne ; ceux-là rament. Ce sont les seuls.
Alors, pour mieux se comprendre, la sagesse populaire a inventé la belle métaphore « tirer sur le bois mort » qui, somme toute, satisfait tout le monde. CQFD.
Entre parenthèses, j’aimerais bien savoir pourquoi on dit de celui qui n’a pas envie de travailler, qu’il a la rame. C’est pourtant une activité qui demande parfois pas mal d’efforts…
Porthos

5 Responses to “Le beau langage : tirer sur le bois mort”


  1. 1 LIVORY Pierre 28 octobre 2013 à 16:40

    A mon sens, il n’y a pas d’accent sur le « a » car l’expression n’est pas « être à la rame » mais « avoir la rame » (dont je ne connais pas non plus l’origine). Seulement, à force d’avoir la rame on finit par être à la ramasse !

  2. 2 escales maritimes 28 octobre 2013 à 18:20

    Exact! On vire l’accent, comme on vire une bouée… à la rame.
    Amicalement.
    Aramis

  3. 3 cornou Georges 29 octobre 2013 à 01:58

    rame est plutôt, à mon avis, à rapprocher de l’expression argotique :être un vrai ramier à l’image du pigeon roucoulant et courant après toute femelle passant donc ne faisant rien …le fainéant en cause est donc un vrai ramier et rien à voir avecla marine .

  4. 4 LIVORY Pierre 29 octobre 2013 à 11:38

    ça se défend ! Et comme on mange le pigeon avec des petits pois dont certains sont … à rames !

  5. 5 BernardB 30 octobre 2013 à 20:51

    traditionnellement le pescadou vogue en poussant sur le bois mort
    voguer à scier mais debout, face à la route


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :