Les escales du banc des menteux

• Où Kerdubon connaît enfin la prix de la vie – Comme vous savez, Dar Sawda (Maison noire) est le principal port du Sultanat du Baroque situé entre la Mauritanie et le Royaume du Maroc. Nous avions accosté par une belle matinée, et le pilote débarqua. Histoire de sentir le plancher des vaches sous mes semelles, j’avais descendu la coupée avec lui. L’un des matelots affalait alors un lourd ballon de défense, et passant… cul par dessus tête au-dessus du pavois, fut entraîné entre le bord et le quai distants de cinquante centimètres…
Nom d’un chien Joachim, je croyais que tu n’avais perdu aucun homme dans ta carrière !… Et les hommes assis calmement sur le banc des menteux s’agitèrent, tandis qu’un goéland les contemplait.
–  Exact Louis, écoutes donc voir un peu la suite. Sa tête ne refit pas surface, mais sa main perça la couche huileuse des eaux du port, et saisit une touline que le bosco avait habilement envoyée. Toujours sous la surface de l’eau, il fut déhalé sur une vingtaine de mètres  grâce à cette petite ligne possédant une lourde pomme lestée à son extrémité, et amené à un escalier du quai, où nous l’avons saisi et hissé au sec. Le lourd cargo à ce moment, s’appuya contre le quai écrasant quelques moules et crabes imprudents. « Fissa !… crache dans ton biniou pour demander une ambulance ! »… dis-je au galonné portuaire un peu empoté en montrant son talkie-walkie. Le matelot dans le cirage, crachait et vomissait du mazout. L’ambulance qui se tenait à l’infirmerie du port, quelques centaines de mètres plus loin, déboucha toutes sirènes hurlantes. Ses chauffeurs en blanc entamèrent des palabres avec le bosco et mon Second Capitaine. « Alors vous vous démerdez ! »… hurlais-je en retenant la langue gluante du matelot pour éviter qu’il ne s’étouffe en l’avalant… « Bon dieu !… Ouvrez-moi ce carrosse qu’on le monte dedans, c’est urgent, il faut lui rincer l’intérieur avant d’être brûlé par le fuel !
Commandant ils disent… qu’ils ne bougeront pas d’ici si…. – Si quoi ? – Si on ne leur donne pas chacun dix dirhams de bakchich ! »…
–  A quoi tient une vie ?…
–  Plus loin, des pêcheurs débarquaient leurs prises nocturnes… La vie était belle, belle, mon matelot n’était heureusement pas un poisson, même huileux pire qu’une sardine !
– Tel est beaux Messieurs, mon rapport des dires de Kerdubon.
Signé : Planchet

0 Responses to “Les escales du banc des menteux”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :