Les escales du banc des menteux

Où Kerdubon nous en fait tout un fromage – Lors de notre escale à Anvers, nous étions à une réception au consulat général, en l’honneur de la millième escale d’un navire français depuis la fin de la guerre… Je veux tout le monde en uniforme impeccable, chacun briqué comme un sou neuf, ordonna le pacha… avec aspersion d’eau de Cologne… ces dames sentiront ainsi une bonne odeur de lavande bien de chez nous ! 
– Discours et petits fours, sont efficaces Kerdubon,  pour des fils d’garces, qui séduiront une petite, dont les yeux pétillent, en voyant les ors de pacotille, de leurs galons et boutons qui scintillent !… ricana « Le pipeux » un habitué du banc des menteux.
– Le buffet fut à la hauteur du prestige de notre Patrie. Il y avait tant à manger, que les pauvres du quartier en auraient encore pour une semaine, après le passage dévorant des convives portant toast après toast, à la santé du port d’Anvers, du Roi des Belges et de la Reine d’Angleterre, sans oublier notre regretté Président Auriol. Effectivement mes amis, nos ors rutilaient, et nos godasses étaient bien cirées. Les lustres de cristal (ou en verroteries) les faisaient scintiller. Les tenues de soirée avec queue de pie pour certains, ne nous impressionnaient guère. Par contre,, l’accoutrement des femmes avec coiffures sophistiquées, dentelles, falbalas, et tout le tralala, nous obligeait à nous poser la question :  Comment dégréer une telle frégate » en cas d’abordage et prise réussie ? Même le vieux faisait des ronds de jambe devant l’épouse du consul de France ! Après les discours vint le bal. Un orchestre de pingouins constipés, je veux dire en queue de pie, s’installa et attaqua valses lentes, alternées avec des tangos, et des slows. Ma première cavalière… sentait des pieds. Pas grave me dis-je, en tournant un peu la tête, je pouvais humer le parfum discret déposé en une goutte précieuse derrière son oreille. Elle prétendit être fatiguée pour ne pas m’accorder la danse suivante. La deuxième, une rouquine flamande, grasse comme une vache hollandaise, m’entraîna dans un slow langoureux. Hélas, elle sentait le gouda fermenté ! Pas grave me dis-je, en tournant un peu la tête, je plongeais dans sa crinière dégageant une odeur agréable de rouquine. Elle ne donna pas de prétexte, mais refusa mon invitation pour la danse suivante. La troisième… sentait le négligé gras. Pas grave me dis-je, en tournant la tête un petit peu, je sentais une forte odeur de shampoing… aux œufs ! Je ne la revis pas pour le tour de valse suivant. Un peu écœuré, je suis allé au bar. J’y retrouvais le chef mécanicien. Il méditait devant un double scotch, et refusait du soda que le barman voulait verser généreusement dans son verre.  As-tu remarqué la rareté ou le prix excessif du savon en Belgique ?  –  Mais !…  m’exclamais-je en me penchant vers lui… Toi aussi tu sens mauvais ! Il me flaira, arrivant à la même conclusion. Plongeant les doigts dans la pochette de mon uniforme, il sortit devant mon nez, une masse gluante et particulièrement odorante de… croûtes de maroilles et camembert ! Qui a pu nous faire cette blague ? Encore heureux que nous ayons laissé nos « gapettes» au vestiaire !… Elles sont sûrement farcies… elles aussi !
– Ainsi parla Kerdubon, et tel est mon rapport,  beaux Messieurs les Mousquetaires de la mer.
Signé Planchet

0 Responses to “Les escales du banc des menteux”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :