Des galères à la chaîne, comme chez Renault…

image001image003Lorsqu’Henri III, en 1574, rendit visite aux arsenaux de Venise, on lui construisit pour l’épater une galère en deux heures. On devrait dire « assembler » car la Sérénissime, dès le début du XIIᵉ siècle, avait tout inventé du processus industriel qui lui permit plus tard d’asseoir sa puissance.
Toutes les pièces élémentaires qui constituent la galère sont calibrées, identifiées et estampillées du Lion de Venise, même les clous, et reproduites à N exemplaires. Le ROI (Return On Investment) de la galère est calculé de telle manière que pour chaque année d’exploitation elle rapporte la moitié de l’investissement ! Sachant qu’une galère a une durée de vie de douze ans minimum, on comprend mieux la richesse de Venise.
Une fois assemblée, la galère, comme sur une chaîne de montage, passe de poste en poste (magasin en magasin) et se fait équiper en une seule journée : atelier des cordages, magasin des munitions, des vivres, de la chiourme (on n’avait pas encore, il est vrai, inventé à l’époque la DRH). Tout cela avec un grand souci de standardisation et de rationalisation.
Les comptoirs vénitiens sur la route des épices sont, préventivement, livrés en pièces détachées parfaitement interchangeables permettant d’assurer un service après-vente 24 h chrono.
Les ouvriers de l’arsenal avaient la meilleure des conventions collectives de la République et constituaient la garde rapprochée du doge dans les grandes cérémonies.
Au XIVᵉ siècle, le produit « galère » est si abouti que les pirates n’osent même plus attaquer les convois. Le coût des assurances est en berne et Venise au sommet de sa richesse, jusqu’à… Vasco de Gama. Mais c’est une autre histoire.
Francis Bergerac
• Images : à gauche, l’entrée de l’arsenal de Venise ; à droite, une galère vénitienne.

0 Responses to “Des galères à la chaîne, comme chez Renault…”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :