Les escales du banc des menteux

image001• Le rouleau fou – Mon galuchat d’agent maritime de Southampton était furieux et appela le service commercial de la Compagnie au téléphone. Il parla longuement, puis me passa le biniou. « Qu’ouis-je ? Vous refusez votre chargement ?Gast non !… seulement une partie, les scrapers, les gros rouleaux à vapeur, dont un de 50 tonnes, et autres saletés pesant plus de 10 tonnes !Mais ce frêt paye énormément !Avec ma route sur Le Havre, la houle par le travers… pas possible, le roulis fera glisser les engins, ils écrabouilleront le reste du chargement et défonceront la coque !
– L’agent me garantit qu’il fera faire du saisissage ! – Les câblots de 12 mm péteront ou ils arracheront leurs points d’amarrage… c’est évident ! Même si on soude des mains de fer assez solides, elles arracheront les petites tôles du pont !  Finalement, le roulier anglais que je commandais, appareilla sans ces engins de malheur. Heureusement, car le navire roula à plus de 20 degrés, et un mobile home fit des dégâts sur plusieurs voitures après avoir ripé malgré ses sangles de saisissage. La tempête semblait ne jamais finir, et maintenant la mer était énorme à force d’avoir été brassée. On parlait de creux gigantesques enregistrés à Ouessant. Pendant trois voyages, j’ai refusé de prendre les engins.
– Aujourd’hui, cela m’étonnerait qu’un Captain’ issu du tiers monde ou de l’Est, n’obéisse pas à ses patrons… d’où peut-être certaines catas !… dit Le pipeux, un habitué du banc des menteux, en regardant la fumée de sa bouffarde partir vers les nues bien dégagées ce jour là.
Au bout de quatre mois, l’Agent fut heureux de m’annoncer que le titulaire Anglais, un vrai marin celui-là, pas une poule mouillée de buveur de Beaujolais, avait accepté d’écourter ses congés. Il ne me restait que le temps de préparer son sac. Radio coursive diffusa et amplifia la nouvelle : « Le Commandant avait son sac  pour incapacité ! » Le service commercial avait eu ma peau, mais je rembarquais peu après sur un autre car carrier. C’est alors que le service commercial me téléphona. Ils voulaient savoir qu’elle pouvait être l’erreur du Commandant de qualité qui avait repris sa place. « Gast sa seule erreur à ce Roastbeef est d’avoir cédé à votre pression et celle de l’Agent de Soton. Il a embarqué les engins que j’avais refusés ! – Ce n’est pas ce que je vous demande, dit le Directeur… mais quelle peut être la faute qui peut lui être imputée ? On ne casse pas tout un chargement sans avoir commis de faute ? – Demandez à ma sœur qui a cassé la machine à vapeur ! »… Ils avaient tous eu la pétoche à bord, lorsque le gros rouleau fou arracha les mains de fer qui le reliaient au pont principal. Ils venaient de couper la ligne de trafic longeant les côtes anglaises lorsque l’engin libéré dans un violent coup de roulis partit à l’aventure. Il transforma en petit bois d’allumage, douze mobil homes, aplatit quelques Jaguars et Land Rovers, libéra le scrapper et les autres engins, avant de s’attaquer au bordé qu’il allait défoncer allègrement, si le Captain’ n’avait fait mettre le navire à la cape. Il était hors de question de virer de bord sans chavirer. Heureusement, en maîtrisant la cape courante, le navire arriva en grande rade de Cherbourg. Ils mirent deux jours à dégager le pont principal et reprendre un vague saisissage des engins lourds, pour aller enfin au Havre !
– Tel est beaux Messieurs mon rapport compressé des dires de Kerdubon… chez les gotons !
Signé : Planchet

0 Responses to “Les escales du banc des menteux”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :