Le boudin à huit moteurs (explication)

image004Escales Maritimes est très fier de ses lecteurs. Grâce à leur expertise (et leur amabilité), nous avons pu reconstituer l’histoire du « boudin à moteur » publiée hier. Sitot lancées sur la Toile, nos interrogations ont reçu de nombreuses réponses.
• Le lieu ne fait aucun doute. Les photos ont été prises dans  le port de Nice dans les Alpes Maritimes ; on distingue la « folie de l’Anglais » en haut à gauche au-dessus du Cap de Nice. Les témoignages sont unanimes.
• Pour ce qui est du fameux « boudin », il s’agit de l’Amphitrite du Cdt Cousteau, ainsi que l’avait suggéré l’ami J-L Dauga ; c’était à l’époque le plus grand pneumatique du monde, fabriqué par la Société Zodiac : 19,50 m de long, 8,70 de large, 1,35 m de tirant d’eau, vitesse 13 nœuds, une cabine pressurisée en vinyl pour 5 personnes.
• Si nous avons bien compris, le rôle de l’ engin était de servir d’appoint intermédiaire entre le scaphandre autonome et le bathyscaphe, mais, également, de moyen d’exploration intensive des petits fonds. J. Bavastro (qui nous a adressé la photo  jointe, merci à lui) parle essentiellement de plongées en Méditerranée, mais d’autres, précisent que le pneumatique devait servir à la mise en place des installations sous-marines de  l’opération « Sous continent 2 » à Shab Rumi en mer Rouge (au Soudan). Cette opération aurait tourné court, P. Petit Devoize rappelant que le Cdt Cousteau, alors directeur du Musée Océanographique de Monaco et PDG de CEMA (Constructions Maritimes Avancées), n’a jamais pu obtenir les résultats attendus ; l’opération  s’est soldée par une faillite retentissante (entre 2 et 4 milliards de l’époque) dont le contribuable a dû régler la facture…
Escales remercie personnellement tous les intervenants, pour leurs utiles contributions, et spécialement Arthur, J. Bavastro, R. de Cayeux, J-L Dauga, J. Joncour, P. Petit Devoize, R- C Réthoré, Sérafini, Ph. Uziel. Si nous ne publions pas leurs riches commentaires, c’est seulement parce qu’ils sont très détaillés ; nous avons préféré en tenter une courte synthèse…
Aramis
• Image (transmise par J. Bavastro) – L’Amphitrite présentée aux officiels ; sans doute à l’occasion de la visite du général de Gaulle en 1960. Chose que nous n’avions pas remarquée, la cabine semble décalée sur tribord.

Publicités

1 Response to “Le boudin à huit moteurs (explication)”


  1. 1 nicoledl 23 juillet 2013 à 19:25

    Merci de cette explication, je me posais des questions moi aussi !
    J’ai l’impression que vous avez des lecteurs très documentés …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Contact
« Escales Maritimes » est ouvert à tous. Contributeurs, informateurs, critiqueurs, approbateurs, suggestionneurs…
Pour ceux-là, une seule adresse : escales.maritimes@orange.fr

Archives

Faites connaître
Escales Maritimes !

Ajoutez ce lien dans votre site :
https://escales.wordpress.com/

Affichez cette bannière dans votre site en copiant le code suivant dans votre page html :
<a href="https://escales.wordpress.com/"><img src="https://escales.files.wordpress.com/2010/01/escales3.gif" alt="" width="180" height="60" /></a>

Les opinions émises ne sont pas nécessairement celles d'Escales Maritimes ; elles sont de la responsabilité de leurs signataires.


%d blogueurs aiment cette page :